Les Fablabs en quête d’un Business Model pérenne | L’Atelier : Accelerating Innovation

Les Fablabs en quête d’un Business Model pérenne | L’Atelier : Accelerating Innovation

Bien souvent portés par une poignée de passionnés, les fablabs disposent généralement de ressources financières modestes. La fermeture de l’Atelier de Beauvais en début d’année le montre, le business model d’un est fragile.
Fablabs, makerspace, tiers lieux : les laboratoires de fabrication ouverts se sont multipliés en France ces dernières années. Pratiquement chaque métropole et chaque ville moyenne a vu naitre ce type d’initiatives. Bien souvent créés par quelques passionnés regroupés en association, parfois adossés à une université à un conseil régional ou une mairie, la survie financière d’un fablab n’a rien de simple et faire vivre dans la durée un tel lieu fait parfois figure de parcours du combattant.

La réduction des dépenses menace les fablabs

La question du financement reste posée comme l’exemple de Beauvais l’a récemment montré. Un changement de majorité a entrainé la fin des financements pour L’Atelier de Beauvais qui a du fermer ses portes en dépit d’un vrai succès en termes de fréquentation. Dans l’environnement actuel de réduction des dépenses des collectivités locales, les conseils régionaux, mairies et autres sources de financement habituelles des associations sont de plus en plus réticents à financer des projets de ce type sur la durée.

Le modèle communautaire et ses limites

Pour beaucoup de fablab, l’aventure démarre par des discussions entre makers qui décident tout simplement de mettre en commun leurs ressources personnelles. C’est le cas de la TyFab, l’atelier numérique brestois créé autour d’un verre suite à une réunion d’information à la Mairie sur le thème des fablabs. “Le projet s’est monté dans le sein de la Maison du Libre de Brest car un de leurs membres était présent et nous a proposé de nous accueillir. Nous n’avons même pas eu à monter d’association !”

Etre fablab associatif et entreprise commerciale, c’est possible

Pour Jérôme Viviès, les modèles à suivre, ce sont les fablab d’Amiens ou de Toulouse. Ce dernier, l’Artilect, est le pionnier des fablabs en France. Celui-ci compte entre 1 000 et 1200 membres et, sans doute portée par une région dont l’industrie et l’économie est particulièrement dynamique, est l’une des communautés de makers les plus dynamiques dans le pays.

TechShop veut imposer son modèle en France

Face à ces exemples, l’arrivée de l’américain TechShop en France détonne. Né en 2006 dans la Silicon Valley, ce fablab est aujourd’hui implanté dans 8 villes aux Etats-Unis et le discours de Mark Hatch, son CEO et co-fondateur, est assez différent de l’esprit associatif qui prévaut dans les fablabs français. L’objectif de TechShop est d’être leader auprès des makers, mais, avec un prix de 150 $ par mois, la cible semble plus être les créateurs de startup et porteurs de projets que les particuliers.

Un fablab 100% commercial est-il viable en France ?

Ce modèle est-il viable en France alors qu’aucun fablab communautaire ne parvient à financer son parc machine avec les seuls revenus liés aux adhérents ? TechShop et son partenaire Leroy Merlin semblent le croire puisque le second TechShop français sera inauguré à Lille au printemps 2017, en partenariat avec EuraTechnologies et l’Université Catholique de Lille.

2018-01-01T21:01:02+01:00octobre 14th, 2016|Categories: Curation triée, Méthodes et organisation|Tags: , , |0 commentaire

Laisser un commentaire

Mon compte :

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous