Réforme de la formation: « Un CPF amélioré est une bonne chose… sur le papier » – L’Express L’Entreprise

Réforme de la formation: « Un CPF amélioré est une bonne chose… sur le papier » – L’Express L’Entreprise

Emmenée par l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), la branche professionnelle des chaudronniers, tôliers, et autres soudeurs, affiche un dynamisme certain. Rien à voir avec ses soeurs moribondes, appelées à disparaître au gré de fusions: l’objectif – fixé sous le quinquennat Hollande et maintenu – est de passer de 700 branches à 200.

Pour une fois, cette réforme sera systémique et, à ce titre, nous l’encourageons. En ce qui concerne le compte personnel de formation (CPF), le projet en l’état prévoit de donner davantage de droits aux salariés pour que chacun puisse prendre en charge son avenir professionnel avec une forme de « CPF++ ». Sur le papier, c’est une bonne chose mais les salariés ne sont pas toujours en capacité de construire leur parcours professionnel. Veiller à l’employabilité de ses salariés est une mission essentielle de l’entreprise. Il faudrait donc faire en sorte qu’une partie des fonds affectés au nouveau CPF revienne vers le champ traditionnel de la #formation continue et des formations obligatoires.

Pourquoi travailler sur les classifications?

Les enjeux sont forts, car les classifications influent sur la formation, la politique salariale, le climat social… Ce que nous avons mis sur pied est inédit. Demain, tous les employeurs rédigeront une fiche descriptive de l’emploi réellement tenu, et la transmettront pour consultation au salarié concerné. Autant dire que cette logique de transparence a fait l’objet de vives discussions avec nos instances et avec les organisations syndicales… Autre nouvelle exigence: quand un employeur, dans son offre d’emploi, exige un diplôme Bac + 5, il sera obligé de fournir un emploi dont la cotation sera cohérente avec le diplôme demandé. Notre grille génère aussi une plus grande équité. L’un des critères du référentiel, par exemple, concerne les degrés de connaissances requises par un poste de travail, et non strictement les diplômes. Il s’agit là de valoriser par exemple des salariés ayant acquis des connaissances par l’expérience. Le nouveau référentiel valorise également le degré de contribution du poste au fonctionnement de l’entreprise.

2018-01-18T16:13:40+01:00janvier 25th, 2018|Categories: Curation triée, Méthodes et organisation|Tags: |0 commentaire

Laisser un commentaire

Mon compte :

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.