Le long format s’immisce dans les espaces médiatiques en ligne sous la forme de récits multimédia interactifs qui s’inscrivent à contre-courant des formats courts habituellement utilisés sur les outils de réseautage social et d’information en temps réel comme Twitter. Des applications en ligne facilitent l’élaboration de cette forme narrative #numérique en permettant notamment de déployer verticalement un contenu sur une seule et même page web.
 De nombreux récits fictionnels, webdocumentaires et reportages web s’inscrivent désormais dans cette expérience de lecture augmentée qui conjugue effets de défilement de textes, images, sons et vidéos. En matière de journalisme narratif, il convient en particulier de citer UlycesLe Quatre Heures (fondé sur le concept d’une« information qui prend le temps, se déclinant sous forme de reportages grand format, multimédia, sans clic ») ou encore Ijsberg. Sur le site des Nouvelles écritures, on trouvera d’autres exemples de Petites Œuvres Multimédia (P.O.M), webdocumentaires et autres diaporamas sonores « permettant au public d’appréhender l’information de manière originale et immersive ».

La montée en puissance du long format et du webdocumentaire est un retour aux sources du multimédia des années 90. La presse s’est emparée de cette forme narrative. Elle est particulièrement adaptée pour la formation quand on veut proposer différents points de vue (texte, audio, video) dans une logique de renforcement.

Repéré depuis Les formats longs multimédias en ligne — Enseigner avec le numérique — Éduscol numérique