Rien à voir avec les morceaux de poulet panés, chers aux adeptes de junk food, ni avec les équipes américaines de basket-ball… Derrière l’expression « learning nuggets », savamment imaginée par les services marketing des organismes de #formation, se cache un format court, voire très court, adapté à l’acquisition de compétences de savoir-être. Explications.

Des contenus de micro-learning

L’an dernier, une étude loufoque – mais néanmoins sérieuse – de Microsoft révélait que la capacité de concentration des femmes et des hommes connectés ne dépassait pas celle des poissons rouges. Un résultat qui explique en partie le boom du micro-learning. Ce format de formation, parfois appelé « learning nuggets », semble s’adapter aux agendas chargés des collaborateurs. Il s’inscrit, par ailleurs, dans une autre logique : celle de « consommer » une formation depuis un mobile, dans des endroits comme le métro ou le train, où le degré de concentration n’est pas optimum, où les interruptions sont nombreuses. Cette tendance n’est pas sans incidence sur les éditeurs de contenus.

Des formations « juste à temps »

A l’heure où le transfert des savoirs acquis en formation reste un point délicat, les learning nuggets prônent une utilisation « just in time » de la formation. Cette approche consiste à suivre une formation au moment où l’apprenant rencontre un besoin. S’ils ne sont pas adaptés à l’acquisition d’une compétence « dure », ils semblent adéquats pour parfaire sa gestion d’équipe en mode projet, comprendre les mécanismes de la résolution de conflits, apprendre à motiver ses collaborateurs…

Des formats pédagogiques variés

D’une durée comprise entre 30 secondes et 15 minutes (le plus souvent moins de 5 minutes), les learning nuggets sont déclinables à l’infini. Puisqu’ils ont à cœur de mélanger la théorie et la pratique, ces contenus de micro-learning peuvent prendre la forme d’une vidéo, d’une check-list, d’un article, d’un quizz, d’un sondage, d’un vote, d’une activité de groupe.

Par Aurélie Tachot