Ils ont fui la volatilité des cours magistraux pour le concret des ateliers. « Apprendre pour apprendre, cela ne m’intéresse pas, je veux créer », déclare sans ambages Dimitri Korsakoff, 21 ans, étudiant en diplôme national des métiers d’art et du design (DNMADE) « horlogerie et fabrication de bijoux » au lycée Diderot, à Paris. Même ambition pour Mathilde Ostermeyer, 27 ans, qui, licence de biologie en poche, a quitté les amphithéâtres de l’université de Paris-Saclay pour étudier la joaillerie. Ce que veulent ces étudiants, c’est à partir d’une matière brute réaliser du beau, du précis. « Il me faut du manuel, du tangible, doté d’un aspect artistique que l’on trouve dans l’horlogerie, la bijouterie, la joaillerie et l’orfèvrerie », explique Mathilde.

Aide à la conception

Laisser entrer l’ordinateur dans les ateliers et les écoles « s’est fait tardivement dans les métiers de la main », reconnaît Michel Baldocchi, directeur général de la Haute Ecole de joaillerie. Pourquoi ? La peur que la machine remplace les savoir-faire, « la crainte de l’irréductible joaillier de voir son métier disparaître », sourit Manero Manjo, joaillier et enseignant à l’Institut de joaillerie de Saumur (Maine-et-Loire).

Les logiciels utilisés sont en premier lieu des aides à la conception, à la modélisation. « Toute réalisation est au préalable transcrite en numérique pour permettre de visualiser l’objet et proposer une gamme de solutions aux contraintes figurant au cahier des charges », expose Gilbert Derrien, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques au lycée Diderot.

Evolution de la recherche créative

L’évolution numérique des métiers d’art ne s’arrête pas à la conception. Une fois le projet défini, les écoles disposent aujourd’hui de machines de prototypage qui, par une interface avec le logiciel de conception 3D, permettent de réaliser un objet solide, en plastique, en cire ou en métal. Enfin, le numérique ne bouleverse pas seulement les phases de conception et de réalisation : il est aussi une source d’inspiration pour la création. « Internet et des outils de recherche comme Pinterest ont fait évoluer la recherche créative », estime l’enseignant.

—————

Repéré depuis https://www.lemonde.fr/campus/article/2020/02/10/le-numerique-transforme-les-formations-aux-metiers-d-art_6029029_4401467.html