C’est un bel exemple de pont lancé dans la technopole entre la recherche et l’innovation. Pionnier sur le marché du “mobile learning”, Teach on Mars a signé un partenariat sur trois ans avec Inria et son équipe Wimmics, spécialiste de la modélisation de la connaissance, pour intégrer l’Intelligence Artificielle dans les programmes de formation. L’ouverture vers un enseignement sur mesure, hyper-personnalisé avec des exercices individualisés. Une révolution annoncée.

Le partenariat que viennent de nouer la start-up Teach on Mars et Inria donne un superbe exemple de ce qui peut être fait dans la technopole pour lancer des ponts entre recherche et jeunes entreprises innovantes. Si ce n’est pas le seul exemple (Inria a établi des partenariats de plus ou moins grande ampleur avec une centaine d’entreprises et startups du territoire azuréen) celui de Teach on Mars peut être considéré comme emblématique. (Sur la photo Webtimemedias : parmi les signataires de la convention, de gauche à droite, Vincent Desnot, Oscar, le chercheur Inria qui intègre Teach on Mars, Fabien Gandon, qui dirige l’équipe Wimmics d’Inria).

Un pont entre “deep tech” et développement de logiciels

C’est là que le partenariat prend tout son sens. A Inria Sophia, justement, l’équipe de recherche Wimmics que pilote Fabien Gandon (une cinquantaine de chercheurs et doctorants aujourd’hui), travaille depuis 20 ans sur les technologies de modélisation de la connaissance, les algorithmes dédiés. L’idée, aussi, a été d’établir un pont entre la recherche fondamentale, la deep tech, et le développement de solutions logicielles concrètes.

—————

Repéré depuis https://www.webtimemedias.com/article/teach-mars-et-inria-partenaires-dans-la-revolution-de-la-formation-par-lia