Et si on jouait ?

Telle est la première phrase lancée par Marie, enseignante en Génie des Procédés au Cnam Paris, à ses élèves en préparation de travaux pratiques. Depuis quelques temps déjà, Marie a identifié un problème lors de la phase préparatoire de son TP : une fois arrivés au stade de la manipulation, les élèves ne font pas correctement le lien entre les concepts théoriques vus en amont et les gestes techniques. Aussi, aidée par Astrid Rosso (ingénieure pédagogique) et Lilian Bezard (ingénieur systèmes sur le déploiement de solutions multimédias), Marie a construit un jeu de cartes intitulé « Les yaourts carnivores ». L’intrigue est la suivante : dans une fabrique de yaourts, des souris ont laissé des traces de leur passage dans les cuves de fabrication, rendant les yaourts carnivores et donc dangereux pour les consommateurs. A l’aide d’une succession de cartes, les élèves doivent, par groupes, résoudre différentes énigmes qui les aideront à comprendre les calculs et les mesures à mettre en application dans le TP suivant le jeu. Le résultat est plus que satisfaisant : à la motivation et au goût de la collaboration développés par les élèves s’ajoutent une plus grande autonomie et une rapidité d’exécution constatées par l’enseignante dans le TP.

Mais tous ces jeux, est-ce bien sérieux ? Justement, l’objectif du Ludolab est bien de démontrer qu’on peut allier le sérieux de la formation à la motivation suscitée par la résolution d’une énigme dans un esprit ludique. Il s’agit, en plus de monter en compétences sur un contenu, de faciliter la participation et les échanges entre les élèves et avec le formateur.  En rendant ainsi les apprenants actifs, on favorise l’engagement et l’assiduité et on dédramatise l’erreur dans une logique de pratique et d’entrainement.

Et maintenant, à vous de jouer ?

—————

Repéré depuis https://living-lab.cnam.fr/index.php/le-ludolab-le-lab-des-jeux-serieux/