Le métier d’enseignant est souvent solitaire. Pourtant, les collaborations et le travail en équipe sont sources d’apprentissages et de renouvellement des pratiques. Mélanie Fenaert, enseignante en Sciences de la vie et de la Terre, a enrichi son métier dans une salle des profs à la fois virtuelle et réelle. Elle a ainsi exploré la classe inversée, le jeu sérieux et les escape games, partageant à son tour son expérience. Rencontre avec une enseignante pour qui le jeu est une façon d’apprendre ensemble.

Au cours de leurs échanges, naît l’idée d’un jeu qui permettrait d’apprendre en réalisant des missions. « Survive on Mars » voit le jour en juillet 2016 et propose d’explorer de façon scénarisée des notions de cours. La plupart du temps en petites équipes, les lycéens investissent des rôles de scientifiques pour rechercher les solutions. Le décor est celui d’une base spatiale sur Mars en 2076, pour laquelle il faut trouver des ressources en eau ou en nourriture, effectuer des réparations… Les missions donnent lieu à un compte-rendu dans une forme choisie par les élèves et valorisée si elle est créative, sous forme de bande dessinée, de scène de théâtre ou encore de vidéo.

JOUER EN CLASSE

Progressivement, d’autres enseignants, notamment de sciences et de français, se joignent au projet, l’enrichissent pour des collaborations ponctuelles ou à plus long terme. Ils sont aujourd’hui plus d’une quinzaine et le site s’est étoffé allant voir du côté des escape games et toutes sortes de jeux à utiliser en classe. Mélanie Fenaert s’est lancée elle aussi dans la production et l’usage des escape games. Ses classes de seconde découvrent par exemple la structure de l’ADN avec ADN’igme, créé par Patrice Nadam et Nathalie Lepouder. Ses élèves y ont pris goût, les réclamant et les citant comme des moments marquants de leur année scolaire. Quelques rares réfractaires s’étonnent de jouer dans un cadre scolaire mais l’entrain collectif parvient à amenuiser leurs réticences.

LA VERTU DE L’ESSAI

Le principe du « faire faire et faire plutôt que dire pour comprendre », elle l’utilise également sur le thème de la classe inversée. Là, avec ses collègues formatrices, elle propose, avant la formation, d’aller réaliser de petites activités sur la plateforme Magistère, en préparation du premier temps en présentiel. Elle a aussi exploré les MOOC, avec un programme de révision des programmes de sciences pour les 1res ES et L hébergé par la plateforme FUN, une aventure encore une fois collective pendant laquelle il a fallu à la fois concevoir l’architecture des cours et les vidéos.

—————
Repéré depuis http://www.cahiers-pedagogiques.com/Le-jeu-pour-diversifier-les-apprentissages