Nonobstant les effets de la crise économique, un audit réalisé par les Inspections générales des finances et des affaires sociales montre que la réforme Pénicaud de 2018 annonce un trou de plusieurs milliards d’ici à 2023, du fait… de ses effets positifs attendus !

Entre autre sujet inscrit dans son agenda social, Jean Castex a prévu un suivi – tous les six mois à compter d’octobre – de la réforme Pénicaud de la formation professionnelle et de l’apprentissage. C’est plus que nécessaire si l’on en juge par les conclusions d’un audit des Inspections générales des finances (IGF) et des affaires sociales (Igas) récemment rendu public. Inscrite dans la loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » de 2018 , la réforme a bouleversé l’organisation et le financement d’un secteur connu pour sa complexité dans une logique libérale assumée par l’ancienne ministre du Travail, Matignon et l’Elysée. Problème, et de taille, il manque plusieurs centaines de millions pour assurer son équilibre financier du fait… de ses effets positifs attendus !

—————

Repéré depuis https://www.lesechos.fr/economie-france/social/la-reforme-de-la-formation-professionnelle-en-mal-de-financements-1240270