Nous connaissons tous le modèle traditionnel d’enseignement qui consiste à apprendre la théorie d’une leçon en classe et à la mettre en pratique lors d’exercices réalisés à domicile. Le digital a effectivement transformé le secteur de la formation en entreprise en le soulageant des contraintes de lieu et de temps, mais sans lui permettre de s’éloigner réellement du modèle traditionnel. 

La pédagogie inversée est apparue à l’université d’Harvard dans les années 1990. Éric Mazur, le célèbre professeur de physique, constate que les cours avec interactions et exercices pratiques sont plus efficaces que les cours magistraux traditionnels. Il propose de revoir la pédagogie : les élèves étudient la partie théorique chez eux puis répondent à un questionnaire pour tester leurs connaissances. De retour en classe, l’enseignant fait le point sur les difficultés rencontrées et corrige le questionnaire. Ensuite, il propose aux étudiants de faire des exercices d’application en groupes.
Éric Mazur a ainsi pu prouver que la classe inversée donne d’excellents résultats.

La classe inversée est une approche qui :

  • Utilise des activités pédagogiques soutenues par les technologies en dehors de la classe ;
  • Favorise la différenciation de l’apprentissage au moyen d’une inversion d’activités conventionnelles autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la classe ;
  • Facilite les interactions entre les élèves et l’enseignant.

Les bénéfices de cette approche sont non négligeables : elles favorisent le respect du rythme d’apprentissage et de l’autonomie, un suivi et une collaboration renforcée, une motivation accrue, la possibilité de travailler en groupes et la réduction du coût de formations.

—————
Repéré depuis https://eduperformance.com/la-classe-inversee/