La compréhension du jeu

Il faut se mettre en tête que votre apprenant découvre le jeu pour la première fois, alors que vous avez travaillé dessus depuis des mois. Ce qui vous semble clair et limpide peut ne pas l’être pour quelqu’un qui doit assimiler toutes les informations d’un coup.

Votre objectif sera donc de lui simplifier la tâche en créant des règles simples. En comprenant rapidement ce qu’il doit faire, l’apprenant s’amusera rapidement. Et c’est un des objectifs de notre serious game : que la personne prenne plaisir à faire ce qu’elle fait.

Le contenu et le design du jeu

Une fois la phase de découverte passée, le joueur se retrouve seul face à votre jeu avec l’objectif principal en tête. Plus rien ne peut l’arrêter, il est déterminé et prêt à résoudre toutes les énigmes, répondre à toutes les questions ou ramasser tous les champignons qui le rapprocheront de l’écran de victoire ! Sauf si…

Sauf s’il se retrouve perdu dans l’univers dans lequel il vient de plonger, ne sachant ni où cliquer, ni s’il peut cliquer, ne sachant pas plus où aller, ni quel objet prendre au milieu de tout le décor et l’environnement que vous avez créé.

Le design de votre jeu peut minimiser cette sensation. L’utilisation d’objets du quotidien permettra au joueur de comprendre quelle action est possible de façon quasi innée : une porte, un interrupteur, un bouton, un livre. Tous ces éléments ont des fonctions et des utilisations que l’on connaît déjà, les utiliser dans votre jeu guidera le joueur qui saura quoi en faire.

Aider le joueur

Votre apprenant est là dans un but précis : valider un cours, apprendre une nouvelle notion. Il consacre un temps défini à cela, en espérant que cela ne lui prenne pas des heures.

En ayant ceci en tête il faut faire en sorte que votre jeu ne lui fasse pas perdre du temps. C’est-à-dire qu’il ne revienne pas trop en arrière s’il échoue à une étape, et qu’il ne recommence pas trop de fois une action avant de la valider (quitte à valider sans attendre qu’il réussisse). Il aura l’impression que le serious game n’est pas efficace s’il le recommence plusieurs fois.

Gérer la difficulté

Enfin pour que votre serious game soit efficace et simple, il faut gérer la difficulté. Mais qu’est-ce que cela veut dire et comment faire ?

Dans un premier temps il faut communiquer sur les moments difficiles. Si le joueur est alerté, il se concentrera d’autant plus et aura de meilleures chances de réussir. On peut signaler un moment compliqué en agissant sur les couleurs, en ajoutant un panneau ou du texte, ou encore en modifiant la musique.

—————

Repéré depuis http://sydologie.com/2020/06/simplifier-son-serious-game/