Les sciences cognitives et les neurosciences progressent régulièrement. Mais les révélations qu’elles nous apportent sur le fonctionnement de notre cerveau peuvent-elles faire l’objet d’une mise en pratique dans notre quotidien de pédagogues ? Les découvertes menées en laboratoire sont-elles d’un quelconque usage sur le terrain ?

L’ATTENTION

On le sait, en , tout commence avec l’attention. Sans attention, pas d’implication active ni de compréhension, et encore moins de mémorisation. Trois conseils en la matière : capter l’attention, respecter son rythme, et ne pas la surcharger.

L’IMPLICATION ACTIVE

Etre attentif, c’est bien, mais cela ne suffit pas. Lorsque dans un module  je lis un texte, j’écoute une voix off, ou je regarde une vidéo, j’ai beau être attentif, je reste toutefois en mode passif.

LA COMPRÉHENSION

L’objectif de ces activités pédagogiques est de permettre à l’apprenant de « comprendre ». En  learning, l’erreur est admise et le feedback se veut . Mais qu’est-ce que c’est, si l’on y réfléchit bien, que « comprendre » ?

LA MÉMORISATION

Pour ne retenir que 2 concepts liés à la mémorisation, je vous parlerai du spaced learning, et de la consolidation par entrainement.

Capter l’attention, rendre l’apprenant actif, favoriser la clarté des liens et des représentations mentales, veiller à la consolidation : voilà les challenges que le digital learning va devoir relever s’il veut justifier pleinement son usage au regard des dernières avancées des neurosciences ! Il en a tous les potentiels, à vous chers pédagogues d’en faire usage à bon escient…

Repéré depuis https://www.formation-et-nouvelles-technologies.fr/formation-e-learning/sciences-cognitives