Le cadre juridique de l’AFEST a été élaboré en trois temps. D’abord la loi du 5 septembre 2018 a défini de manière générale l’action de formation. Ensuite le décret n°1341 du 28 décembre 2018 a précisé ce que devait comprendre une action de formation en situation de travail. Enfn le décret n°1330 toujours du 28 décembre 2018, a donné les cadres pour permettre aux organismes de formation d’apporter les preuves de la réalisation effective de la formation.

Les points clés du décret n°1341 du 28 décembre 2018

Toute AFEST part d’une analyse du travail, c’est-à-dire d’un questionnement du concepteur du parcours sur l’organisation du travail. Les réponses qu’il obtient ainsi lui permettent de définir les situations de travail critiques à gérer par l’apprenant et les savoir pratiques et théoriques qu’il doit maîtriser pour les traiter au mieux. Avant de démarrer le parcours, le concepteur du parcours crée avec le management les conditions de réussite de la formation. Il peut le cas échéant, les enregistrer dans une charte de l’AFEST ou les préciser dans le protocole individuel de formation.

Les conditions de la traçabilité par le décret n°1330 du 28 décembre 2018

Concrètement, deux actions majeures sont à réaliser pour faire la preuve de la réalisation d’un parcours dans le cadre d’une AFEST :

  1. Conclure un PIF ou Protocole Individuel de Formation en vue de communiquer à l’apprenant les « informations relatives à l’organisation du parcours ». Ce PIF est signé au démarrage du parcours par le représentant de l’organisateur de la formation, l’apprenant lui-même, et le référent AFEST qui l’accompagne. Il engage les trois parties à organiser dans les meilleures conditions la formation. Le déroulé du parcours et les modalités d’évaluation y sont indiqués.
  2. Faire réaliser par l’apprenant un dossier de preuve AFEST qui rassemble les traces de réfexivité. Ce dossier, à la manière d’un dossier de preuve VAE, est réalisé par l’apprenant lui-même tout au long de son parcours. Pour chaque compétence à acquérir, il enregistre les éléments d’analyse réfexive qu’il a produit. Ces éléments peuvent être soit un texte résumé de son analyse réfexive, soit un geste flmé et analysé, soit des photos ou flm ou enregistrement audio de ses réalisations commentées et analysées par lui-même.

En synthèse L’AFEST est une action de formation formelle qui a pour matériau pédagogique premier la situation de travail. Elle implique par conséquent une analyse du travail préalable et un aménagement des conditions de travail à des fns pédagogiques. Comme toute action de formation, elle se traduit par :

  • Un parcours pédagogique défini préalablement,
  • Un encadrement pédagogique qui exerce deux fonctions principales : l’analyse du travail préalable et la conception du parcours pédagogique (rôle du référent), d’une part, et l’aide de l’apprenant dans sa démarche d’analyse réfexive (rôle de l’accompagnateur), d’autre part.
  • Une évaluation qui jalonne le parcours et si possible dès l’amont du parcours afn de l’adapter au besoin de l’apprenant. L’AFEST comme tout formation peut aboutir à l’obtention d’une certifcation.
  • Une traçabilité de la réalisation de la formation qui peut prendre la forme de deux documents à savoir : le PIF (protocole individuel de formation) et le dossier de preuves AFEST.

—————

Repéré depuis https://www.blog-formation-entreprise.fr/cadre-juridique-reglementaire-de-lafest/