La ministre du travail a exprimé d’importantes réserves sur l’accord des partenaires sociaux.
Le réveil a été rude pour les représentants syndicaux et patronaux qui ont planché, durant trois mois, sur la réforme de la #formation professionnelle. La ministre du travail, Muriel Pénicaud, leur a infligé une douche à l’eau glacée, jeudi 22 février, en exprimant d’importantes réserves sur le résultat de leurs discussions et en annonçant son intention de prendre des mesures supplémentaires, plus énergiques. Autrement dit : la récréation est terminée, l’exécutif reprend les choses en main.

« Gestion monolithique »

Naturellement, son propos a été accueilli fraîchement par les partenaires sociaux. Alors qu’ils étaient de retour dans les locaux du Medef, jeudi en tout début d’après-midi, pour une ultime relecture de l’accord sur la formation continue, plusieurs chefs de file de délégation ont fait part de leur dépit.