La loi du 5 septembre 2018 a supprimé le plan de formation au profit du plan de développement des compétences. Elle a ainsi élargi l’objet du plan (le développement des compétences est plus large que la formation), mais elle n’a pas changé sa logique. Il y a toujours un plan à monter.

L’argument légal ne tient pas !

Quand on analyse les plans de formation des entreprises (notamment des grandes), les plans changent en permanence même si les grandes lignes restent les mêmes. Pré-inscription de Novembre, n’est jamais inscription définitive du printemps. Alors à quoi cela sert-il de faire un plan si on ne le respecte pas !

Le plan stimule la demande individuelle dans une logique de consommation

Si, comme le dit Laurent Durain, le directeur de la formation de la Caisse des Dépôts, « L’Appli CPF est comme un supermarché numérique », elles vont vite changer leur fusil d’épaule et renvoyer à l’appli CPF ces bonnes veilles demandes individuelles de formation. La monétisation du CPF pourrait avoir indirectement des effets finalement relativement positifs.

Le plan fait entrer le responsable formation dans une logique budgétaire plutôt que financière

Plutôt que de travailler à l’accompagnement des managers pour les aider à mettre en place des organisations réellement apprenantes, les services formation sont « cornérisés » dans la gestion des budgets de formation. Là, où ils devraient penser R.O.I de la formation, ils sont focalisés sur le montant des dépenses. Là, il faudrait qu’ils regardent la lune (l’efficience de l’investissement en développement des compétences), ils restent hypnotisés sur le doigt qui montre la lune (le budget du plan de formation) !

A un moment donné, les entreprises vont devoir sérieusement s’interroger. Si les demandes de formation individuelles sont gérées sur l’appli CPF, si les demandes de perfectionnement à l’initiative du manager sont mises en œuvre via de l’AFEST ou du Digital Learning, si les formations obligatoires sont pilotées à date anniversaire et si les grands programmes ne sont plus co-financés que restera-t-il à planifier ? Peut-être les services formation pourront enfin jouer leur rôle de Learning Partner et s’intéresser à l’essentiel : accompagner managers et collaborateurs dans le développement des compétences au quotidien.

—————

Repéré depuis https://www.blog-formation-entreprise.fr/faut-plan-de-developpement-de-competences/