Sur le papier, le #digital learning offre de nombreux avantages dont celui du coût, beaucoup moins important qu’une #formation 100 % présentielle. Comment évaluer le gain pour l’entreprise ? Comment traquer les coûts cachés ? Existe-t-il un dispositif offrant un bon rapport qualité-prix ? Autant de questions soulevées lors du Digital Learning Day qui a rassemblé, la semaine dernière, 200 professionnels de la formation.

20 % d’économie dès la première année

Malgré tout – et c’est une surprise pour personne – le #digital learning affiche des coûts moins élevés que le présentiel. Les principales réductions concernent les frais liés aux formateurs (moins nombreux dans le cadre du digital learning), la logistique (transports et hébergements des apprenants), le matériel pédagogique (lié aux impressions des supports de formation)… Sans compter les gains de productivité qu’offre le digital learning via ses facilités de déploiement massif et son degré de personnalisation des formations. Une étude menée par l’américain Syberworks a comparé le coût d’une formation en digital learning versus présentielle. Le résultat est sans appel : le coût global de formation de 500 apprenants pendant une semaine est estimé à 877 000 dollars en présentiel, contre 686 000 dollars en digital learning. Soit plus de 20 % d’économie dès la première année, et presque 60 % d’économie dès la deuxième, assure l’étude. Sans surprise, c’est sur les frais de déplacement et les salaires des stagiaires que la différence se joue, même si le digital learning engendre des coûts de développement et de diffusion des formations, inexistants dans le cadre du présentiel.

Par Aurélie Tachot