Apprendre à programmer et re-programmer les habitudes et comportements automatiques est un défi scientifique majeur. Les avancées de la recherche sur la plasticité du cerveau ont de larges implications, notamment pour les sciences de la santé visant à vaincre les comportements nocifs, tels que les dépendances et les comportements obsessionnels-compulsifs. Elles peuvent également permettre des innovations considérables dans les programmes de formation visant l’amélioration des comportements automatiques, notamment les compétences impliquées dans la communication, les activités sportives ou encore le violoncelle ou le piano.

Nocivité des habitudes

Les habitudes sont des comportements automatiques, récurrents et souvent inconscients. Elles sont inscrites dans le tissu de notre vie : ce sont elles qui nous permettent d’accomplir automatiquement des routines complexes tandis que nos pensées, notre attention et nos actions délibérées sont dirigées vers d’autres tâches. Pourtant, les habitudes peuvent être immensément destructrices, appuyant des comportements inadaptés comme l’usage de drogues ou le maintien de dépendances comportementales. Au sein de l’Union européenne, comme un peu partout dans le monde, les systèmes de santé sont confrontés à un nombre croissant de personnes souffrant de dépendances comportementales. Les réflexions se multiplient pour trouver des moyens d’aider les personnes concernées à surmonter leurs « mauvaises habitudes ».

Connectivité cérébrale

Des études antérieures avaient révélé une concurrence entre les différents processus neurocognitifs qui sous-tendent l’apprentissage des habitudes et des compétences. Mais la communication neuronale des régions cérébrales associées (connectivité fonctionnelle) n’avait pas été réellement étudiée. L’an dernier, nous avons cherché à combler cette lacune en étudiant la connectivité fonctionnelle du cerveau qui favorise les processus d’apprentissage chez les humains avec une électroencéphalographie de haute densité avec 128 canaux.

Remodelage des comportements devenus automatiques

En résumé, la compréhension des systèmes d’apprentissage et de mémoire qui sous-tendent les habitudes et les comportements automatiques peut nous amener à penser de nouvelles méthodes et techniques pour stimuler non seulement l’apprentissage mais aussi le remodelage de nos comportements automatiques.


Repéré depuis https://theconversation.com/comment-notre-cerveau-guide-nos-habitudes-114789