Co-investissement CPF : de quoi parle t-on ?

L’idée est que, pour une formation éligible au CPF, le salarié  « investit» son
CPF, l’entreprise complète le financement de l’action si nécessaire.

Pour quelles formations ?

Les formations d’adaptation au poste de travail relèvent de l’initiative de l’employeur : si la formation porte sur des compétences qui sont nécessaires au salarié pour bien tenir son poste, c’est donc à l’employeur de la faire figurer au plan.

Le fait d’abonder le CPF permet-il à l’employeur de prouver qu’il a donné accès à la formation à son salarié ?

Pour que cela soit le cas, c’est-à-dire pour que l’abondement réalisé puisse être considéré comme le moyen de donner accès à la formation au salarié, l’employeur doit prendre en charge au moins une partie des frais pédagogiques. Le seul fait de maintenir le salaire, pour un salarié dont on aurait autorisé le départ en formation au titre du CPF sur temps de travail, ne serait pas suffisant. Par conséquent, il semble prudent de considérer que le financement d’au moins 50% des frais pédagogiques par l’employeur sécuriserait la situation.