Plutôt que produire des contenus pédagogiques en ligne, pourquoi ne pas exploiter les vidéos existantes en les retravaillant pour les rendre plus accessibles ? C’est le pari de la start-up Sam Network, qui a développé une plateforme web et noué un premier partenariat avec Sciences po. Une nouvelle venue dans le monde des EdTech françaises.

 Concrètement, des vidéos d’une à trois heures sont découpées en une quinzaine de chapitres de quelques minutes, chacun d’entre eux étant indexé de manière à être aisément retrouvé par le biais du moteur de recherche. “L’idée est que l’utilisateur ne perde pas trois heures à trouver le passage spécifique qui l’intéresse, et n’ouvre pas dix fenêtres à la fois pour avoir des précisions ou des compléments”, insiste Karim Amellal.
Outre des levées de fonds, Sam Network tire ses ressources des prestations techniques pour les entreprises : la création de plateformes similaires, mais de moindre envergure et en marque blanche, sur lesquelles les sociétés peuvent déposer leurs vidéos. Une activité que Karim Amellal souhaite néanmoins abandonner progressivement, comptant sur une levée de fonds beaucoup plus conséquente dans les mois à venir. Objectif affiché : 3 à 5 millions d’euros.

post comme ils se définissent eux mêmes, Sam Network est déjà une réussite. Il suffit de se balader dans les ressources pour comprendre la puissance de la démarche. Le découpage en courtes séquences permet de valoriser l’existant. Dommage qu’il est tant de vidéo en anglais et si peu en français.

Repéré depuis www.letudiant.fr