L’histoire de Netflix est une série à elle seule, et une série à succès puisque l’entreprise est évaluée aujourd’hui à plus de 100 milliards de dollars. Partie de rien, elle a su s’imposer comme leader dans son domaine. Netflix peut-il être un bon exemple pour les organismes de formation ? Et comment se fait-il qu’avec le nombre important d’institutions, aucun “Netflix de la formation” n’ait réussi à s’imposer sur le premier marché d’Europe de la formation ?

Netflix, une culture de la disruption

Dès sa création, Reed Hasting, qui est toujours CEO, mise sur le développement des DVD pour remplacer la VHS, à l’époque dominante. Le client commandait sur une plateforme son film, et le DVD lui était envoyé par correspondance, un peu sur le modèle d’Amazon. On dit d’ailleurs que Reed Hasting rêvait de refaire avec le cinéma ce que Jeff Bezos avait fait avec le livre trois ans auparavant.

Et la formation ?

En France, la formation n’a pas encore connu sa disruption, surtout en matière de diffusion. La spécificité du marché français est d’avoir une forte implication du secteur public.

Netflix, un créateur de contenu

Mais Netflix, ce n’est pas seulement la diffusion. Pour sortir du carcan du canal historique, Netflix a très tôt investi dans la création originale et sa capacité à faire l’événement autour de son contenu.

Et la formation ?

En France, la guerre des mastodontes n’a pas eu lieu… faute de mastodontes mais, surtout, faute d’investissements dans le contenu.

Comme on le voit, les opportunités sont fortes. Ce qui manque, sans doute, c’est l’émergence de leaders qui permettront de structurer l’écosystème français afin de le faire rayonner hors de nos frontières. Un Netflix à la française… C’est une question de souveraineté nationale. Comme quoi, les enjeux ne sont pas neutres !

—————

Repéré depuis https://www.focusrh.com/tribunes/pourquoi-n-existe-t-il-pas-de-netflix-de-la-formation-par-stephane-diebold-32689.html