Une bonne nouvelle en ce début d’année : la place centrale que tient l’enseignement dans le débat public avec un ministre de l’#éducation nationale qui lance une réforme du baccalauréat et s’adjoint un Comité scientifique présidé par Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive expérimentale au Collège de France. Côté enseignement supérieur, Frédérique Vidal, indiquait lors de son audition au Sénat en juillet 2017, vouloir développer la recherche sur l’éducation, en particulier grâce aux sciences cognitives. Mais sans toutefois préciser si des liens seraient établis avec les disciplines académiques autres que celles de l’éducation.

Des disciplines essentielles aujourd’hui

Les sciences cognitives étudient les processus mentaux et les mécanismes neurophysiologiques qui nous permettent de construire nos connaissances : la perception, la mémoire, l’attention, l’imagerie, le raisonnement, la communication. Les sciences cognitives étudient également l’engagement dans l’action : la planification et l’exécution de l’action. La connaissance s’appuie donc sur des mécanismes qui permettent une expérience consciente.

Neurosciences, neuropsychologie, psychologie comparée, psychologie cognitive, psychologie du développement, linguistique, logique, intelligence artificielle, philosophie, psychologie sociale et anthropologie… une longue liste de sciences qu’il est impossible pour un individu de maîtriser mais dont le développement et la diffusion notamment dans l’éducation devient primordiale.