La manière d’ #apprendre et de se situer dans cet espace dit virtuel et pourtant bien réel est parfaitement illustrée dans ces 2 vidéos : «Famille ; révolution  #numérique, apprendre», une conférence,animée par Serge Tisseron et Serge Soudoplatoff, et «Les élèves doivent contribuer à produire des connaissances» de François Taddéi.
 Ces vidéos sont une mise en abime de sa propre manière d’apprendre ou plutôt de la nouvelle manière dont j’apprends aujourd’hui. Je consulte des sites sur internet au travail comme à la maison, je regarde aussi des vidéos sur mon smartphone dans les transports en commun. Je continue à lire des livres, des magazines et des journaux papiers. J’utilise des agrégateurs de contenus pour lire la presse.
Il nous est tous arrivé d’avoir cette question : «Mr, je ne sais pas plus en j’en suis depuis la dernière fois».  Le kanban constitue une bonne manière de savoir où j’en suis en tant qu’élève et où l’apprenant est pour le formateur. Qu’est-ce que le Kanban ? C’est le passeport d’activités du participant basé sur le principe du toyotisme appliqué à la pédagogie. Chacune des activités est notée sur un tableau. L’élève déplace un post-it sur dans un tableau à 5 éléments colonnes en fonction au fur et à mesure de sa progression vers la réussite de son activité.
Travailler en flipped classroom, c’est aussi une nouvelle manière de penser l’espace de la classe et le fonctionnement du lieu de formation. En effet, l’engagement dans l’activité constitue le cœur du processus.

L’innovation est le rapprochement et l’organisation de différentes composantes qui forment une nouvelle approche. C’est un peu ce que propose ce papier. La formation en mode agile est une composition de l’espace et du temps. Cela concerne l’espace de formation mais également l’organisation de la formation. Un papier à garder dans ses signets.

Repéré depuis cursus.edu