Je vous propose un petit test.

Oh, pas de questionnaire interminable ni de profonde introspection, non, juste le rapide visionnage de deux courtes vidéos de prime abord identiques.

Aucune des deux vidéo n’est agréable à regarder ou à entendre… mais laquelle est la plus désagréable ? Il y a fort à parier que vous ayez désigné l’extrait dont le son est mauvais.

Dans le cadre de la réalisation des vidéos des MOOCs de l’UCLouvain au sein du LLL, j’ai opté pour le micro-cravate sans fil (Sennheiser) couplé à un enregistreur numérique (Zoom H4n). Solution qui, à mon sens, apporte le plus de souplesse et le meilleur résultat.

Je vous sens dubitatif… une petite démonstration ?

La différence est sans appel, n’est-ce pas ? L’intérêt du système sans fil est tout autant évident :

Vous voilà donc convaincu.e par ce choix… Reste maintenant à utiliser correctement ce matériel pour lequel le point d’attention essentiel est le placement du micro. Plus le micro est proche du sujet, meilleur sera le son.

Je vous sens demandeur d’un exemple, le voici:

Le micro-cravate est un bon choix lorsque l’on est seul et que l’on enregistre une ou deux personnes.

La synchronisation du son et de l’image s’effectue au montage. Elle est facilitée par une fonction dédiée dans les logiciels évolués (ex: Premiere pro). Si votre logiciel de montage en est dépourvu vous aurez pris soin d’effectuer un « clap » au début de chaque prise.

Vous n’aurez désormais plus d’excuse en ce qui concerne la qualité du son de vos futures vidéos… mais il ne faudrait toutefois pas que vos productions ressemblent au 2è extrait de cet article 😉