« Personne ne sera laissé de côté par Michelin », avait assuré en décembre 2013 Jean-Denis Houard, le directeur de l’usine de Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), après l’annonce de la suppression de plus de 700 emplois de la filière pneus poids lourds de l’entreprise. Michelin s’était alors engagé à reclasser tous ses salariés, en leur proposant soit un aménagement de fin de carrière, un emploi dans une autre usine du groupe ou une #formation continue. Ce qui fut fait.
 Les plans de formation servent surtout à maintenir les salariés à la pointe des évolutions. Cap Gemini, entreprise de conseil dans le numérique, utilise le haut niveau de formation de ses collaborateurs comme argument de vente. « Pour nos clients, les diplômes de nos salariés sont un gage de la qualité de nos services, dit Nada Conan, directrice du centre de formation de Capgemini. C’est pourquoi nous privilégions les filières de formation certifiantes pour nos collaborateurs. » Directrice des ressources humaines de Cellfish, une entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies mobiles, Marion Badin va plus loin : « Si nos salariés ne sont pas formés en permanence, ils sont rapidement en difficulté. » La formation est une question de survie pour cette entreprise, dans un secteur qui évolue sans cesse.

Repéré depuis La formation continue, un bon investissement pour les entreprises