Depuis le début de la pandémie, bon nombre d’enseignants ont dû passer, bon gré mal gré, à l’enseignement à distance. Alors que les cours avaient été conçus pour être donnés en présence et que la plupart des enseignants n’étaient pas formés à enseigner à distance, le passage d’un mode d’enseignement à l’autre s’est réalisé de manière très disparate selon les établissements et a été, voire est encore, source de préoccupation et de fatigue pour les enseignants comme les apprenants.

Une formation solidaire

L’Université Téluq, spécialisée dans la formation à distance depuis 1972, en a été le pilier. Son département en éducation compte des professeurs experts dans les différents ordres d’enseignement et rassemble la plus grosse équipe en formation à distance et en technologie éducative au Québec. Pour relever le défi colossal posé par la pandémie, elle a mobilisé dix professeurs, de même que des professionnels des services de formation continue et des services technopédagogiques.

Une formation utile

Cette formation destinée d’abord aux enseignants du Québec connaît un rayonnement international. Elle attire différents intervenants des milieux de l’éducation de telle sorte que l’on compte aujourd’hui plus de 175 000 utilisateurs répartis dans 155 pays, dont le Canada, la France, le Maroc, la Belgique et les États-Unis.

Des constats étonnants

Contrairement aux idées préconçues, il ne semble pas que la technologie soit ce qui préoccupe le plus les enseignants qui doivent offrir de l’enseignement à distance, mais le maintien des liens avec leurs apprenants et la façon de les soutenir dans leurs apprentissages. En effet, il est intéressant d’observer que c’est pour le microprogramme « Accompagner » que le plus d’attestations ont été émises dans les trois niveaux d’enseignement.

Par ailleurs, il convient de noter que 27 % des enseignants considèrent l’enseignement à distance comme une obligation dont ils se passeraient bien, 57 % comme un défi à relever, 61 % comme une occasion d’adopter de nouvelles pratiques et 40 % comme une occasion d’approfondir des compétences dans le domaine. De même, ayant eu l’occasion de réaliser un sondage auquel ont répondu plus de 660 enseignants et conseillers pédagogiques lors de la conférence d’ouverture de la journée du numérique en éducation, j’ai pu constater que malgré les craintes et la fatigue qui prédominent, un quart des enseignants est plutôt enthousiaste devant le défi actuel de l’enseignement à distance et 35 % considèrent l’accompagnement des élèves à distance comme un défi stimulant.

—————

Repéré depuis https://theconversation.com/enseignement-a-distance-source-de-renouveau-pedagogique-151625