Il y avait l’abondement direct de l’entreprise ; il y a désormais l’abondement de co-construction. Les entreprises pouvaient déjà, depuis septembre 2020, abonder le compte personnel de formation (CPF) de leurs salariés via l’appli moncompteformation.fr. Depuis décembre, elles peuvent également le faire dans le cadre de conventions de co-construction, qui automatisent la contribution de l’entreprise pour certains salariés et/ou certaines formations. Un nouvel outil de financement de la formation qui, malgré les contraintes de mise en place, pourrait s’avérer très utile à l’entreprise.

Abondement de co-construction : un dispositif nouveau et attractif

Quelle différence y a-t-il entre l’abondement version septembre 2020 et l’abondement de co-construction, disponible depuis le 17 décembre 2020 ?

L’abondement direct : comment ça marche ?

Le versement d’un abondement direct à un ou plusieurs salariés est un processus extrêmement simple et rapide. L’abondement CPF en chiffres : retard à l’allumage

Le CPF en chiffres

Entre le 21 novembre 2019, date du lancement de l’appli et du portail moncompteformation, et la fin 2020, le CPF a été mobilisé par près de 1,2 million de personnes, pour un total de 1,44 milliard d’euros, soit une moyenne de 1 216 € par dossier.

En moyenne, les CPF du privé comptent 1 280 €, soit un quart du plafond de 5 000 € (ou 16% du plafond des non-qualifiés, qui s’élève à 8 000 €). Dans le public, le CPF est encore libellé en heures : la moyenne est de 95 heures par compte, soit près des deux tiers du plafond de 150 heures (ou un quart du plafond des non-qualifiés, qui est de 400 heures). Les CPF des fonctionnaires apparaissent donc comparativement davantage alimentés.

—————

Repéré depuis https://www.managementdelaformation.fr/gestion-de-la-formation/2021/04/01/cpf-les-abondements-dentreprise-dans-tous-leurs-etats/