La réforme de la formation professionnelle de 2018 a soufflé sa première bougie le 5 septembre. Pour l’occasion, CentreInffo a réalisé 5 infographies sur les 5 aspects principaux de la loi « Avenir Professionnel ». Nous en avons retenu 5 chiffres qui marquent l’état d’avancement de la réforme et sa portée pour les entreprises. 

10 000 organismes de formation prêts à traiter les demandes de CPF

Selon la Caisse des dépôts et consignations, qui gère à la fois le CPF et l’application, 10 000 organismes de formation sont concernés par le dispositif. La CDC a communiqué sur ce chiffre via Twitter, et Centre Inffo le mentionne dans son infographie consacrée à « l’individu au cœur du système ». On peut supposer qu’il s’agit du nombre d’organismes inscrits sur la plate-forme en ligne mise à disposition des prestataires de formation. Mi-septembre, il est prévu que les organismes puissent commencer à saisir leurs actions de formation sur l’interface. Les bénéficiaires du CPF devraient donc pouvoir régler des parcours de formation dès la diffusion de l’appli à la fin de l’automne.

554 nouveaux CFA

Parmi ces nouveaux CFA, 61 ont été créés par des entreprises. Les autres sont des projets montés par des branches professionnelles, par des organismes de formation désireux d’étendre leur offre, ou encore par des collectivités.

+4,9% d’apprentis – mais l’apprentissage se substitue à la professionnalisation

Dans la même infographie, on apprend que le nombre total d’apprentis en formation dans le secteur privé a augmenté de 4,9% par rapport à l’année précédente. Le nombre total d’apprentis en cours de formation a atteint 458 000, un record. Cela s’explique par une forte augmentation du nombre de nouveaux contrats : au premier semestre 2019, ils ont a progressé de 8,4% par rapport à la même période 2018, après une augmentation de 7,4% l’année précédente.

32 indicateurs de qualité pour les organismes de formation

La loi comporte un important volet « qualité », qui intervient alors que la précédente réforme (2014) n’a pas encore tout à fait fini d’entrer dans les pratiques.

Le Datadock, en particulier, utilisé par les financeurs paritaires (Opco/Opca) pour vérifier le respect par les organismes de formation des critères de qualité réglementaires, a légèrement dépassé la barre des 40 000 organismes « référençables » (c’est-à-dire finançables par les Opco). Mais plus de 60 000 sont inscrits sur la plate-forme, ce qui laisse environ un tiers des organismes inscrits en-dehors du circuit de financement – probablement parce que les dossiers ne sont pas jugés complets.

8 niveaux de certification

La réforme se proposait également d’accroître la lisibilité du très complexe système français des certifications professionnelles. A cet égard, l’alignement sur le système européen à 8 niveaux est une bonne nouvelle, notamment pour les groupes internationaux.

Au total, 113 textes d’application ont été publiés en un an. En septembre dernier, la DGEFP en annonçait 70. Certains textes sont encore en attente – notamment ceux prévus par l’ordonnance « coquilles » du 21 août, par exemple sur la prise en charge des rémunérations des salariés en Pro-A. Pour l’essentiel, cependant, après quelques lenteurs au démarrage, la mise en œuvre de la réforme semble bien engagée.

—————

Repéré depuis https://www.managementdelaformation.fr/reforme-formation-professionnelle/2019/09/12/un-an-de-reforme-de-la-formation-professionnelle-en-5-chiffres/