Si l’importance des compétences comportementales ne fait plus débat dans le monde de l’entreprise, leur développement pose toujours question : peut-on vraiment former les salariés à ce type de compétences transversales ? Espérer un impact en situation de travail ?

Des biais cognitifs à décrypter

La démarche est d’autant plus délicate que de nombreuses fausses idées sont véhiculées au sujet des soft skills. Les connaissances en sciences cognitives permettent aujourd’hui de les remettre à plat.

L’esprit d’équipe ou encore la capacité d’apprendre à apprendre sont également limités par d’autres biais cognitifs. Des biais que l’on peut réussir à affaiblir en en prenant conscience.

C’est le parti pris de Disask, un organisme de formations digitales qui privilégie les mises en situation. « Notre ambition est de lister des recommandations pratiques pour faire un peu mieux que ce que l’on ferait spontanément », explique Son Thierry Ly, CEO.

Une stratégie de petits pas

Découpé en modules thématiques, par exemple « gestion des émotions », le programme vise à présenter une situation problématique et trois options de stratégie possibles – l’une étant meilleure que les autres, ce qui fera l’objet d’une explication appuyée de l’état de l’art sur le sujet.

Mise en œuvre au sein de l’université du Crédit Agricole, la démarche, adaptée au référentiel de compétences de l’entreprise et conçue avec Cog’X, vise à développer des compétences transversales ainsi que les méta-compétences (« apprendre à apprendre »).

—————

Repéré depuis https://www.focusrh.com/formation/formation-professionnelle/se-former-aux-soft-skills-mission-impossible-32856.html