Savoir, savoir-être, savoir-faire… et faire savoir !

Savoir, savoir-être, savoir-faire… et faire savoir !

Le triptyque « savoir, savoir-être, savoir-faire » est particulièrement utile lorsqu’il est question de décliner les compétences d’un collaborateur. Reste désormais à y ajouter le « faire-savoir », devenu essentiel pour une bonne gestion de carrière.

Savoir, savoir-être, savoir-faire

Dans la catégorie « savoir », il est question de répertorier toutes les connaissances que l’on a acquises, que ce soit lors de notre #formation initiale ou en tant que membre d’une entreprise.

Le « savoir-faire » vise davantage ce qui est technique, comme la maîtrise d’un progiciel, alors que le « savoir-être » rassemble nos qualités comportementales : courtoisie, maîtrise de ses émotions, bon relationnel, capacité à travailler en équipe. L’ensemble de ces compétences étant précisément ce qu’il est question d’observer lors d’un recrutement.

Le faire-savoir émerge d’un changement profond de paradigme

Il y a une trentaine d’années, un changement de paradigme s’est opéré au sein des entreprises occidentales. S’il était avant question de valoriser l’employé loyal qui exécute à la perfection les tâches qui lui sont demandées sans jamais sortir du rang, c’est désormais un intrapreneur proactif et force de proposition que l’on va rechercher.

Les rendez-vous formels

Certains rendez-vous formels dans l’entreprise peuvent être l’occasion de pratiquer le faire-savoir. L’entretien annuel paraît en être le meilleur exemple, c’est pourquoi il importe de bien préparer ce moment de tête-à-tête avec son supérieur hiérarchique.

Le faire-savoir pour tous les postes ?

Nous pourrions penser, a priori, que plus un collaborateur occupe un poste à responsabilité, plus il est aisé pour lui de faire montre d’initiative et, de fait, de pratiquer le faire-savoir.

Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que ce sont les employés directement en contact avec les clients qui reçoivent sans cesse leurs retours, et qui sont, par conséquent, les plus à même de proposer des axes d’amélioration.

Dernier point d’importance : grâce à une utilisation judicieuse de ces réseaux sociaux, votre faire-savoir ne se limitera pas à votre entreprise ni à votre cercle personnel (n’oubliez pas que c’est sur ces supports que les chasseurs de têtes bâtissent leur vivier de candidats exceptionnels !), c’est pourquoi le faire-savoir est une véritable compétence qui se travaille et qui demande un peu de stratégie afin d’en faire un véritable #outil de gestion de carrière.

 

2018-01-01T20:43:50+01:00janvier 19th, 2017|Categories: Cognition et Communication, Curation triée|Tags: , |0 commentaire

Laisser un commentaire

Mon compte :

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous