Les FEST (Formations en situation de travail) ou AFEST (Actions de formation en situation de travail), ont fait leur apparition il y a de cela 4 ans, dans le fameux “small act business” à la française pour “libérer les possibilités de formation en situation de travail” (juin 2015).

« L’apprentissage n’est pas la formation »

La FEST permet de comptabiliser tout un pan de la formation qui n’était pas classiquement imputé à la formation… Il permet également de prendre en compte une réalité de l’apprentissage que la formation ignorait jusqu’à présent. L’apprentissage n’est la formation, et l’homme n’a pas besoin de formation pour apprendre.

La formation est une convention sociale qui donne corps à un apprentissage reconnu par la société. Il ne faut pas confondre la carte et le territoire.

La formation réglementée est une représentation sociale de l’apprentissage de chacun.

Si l’outil est très approximatif, il n’en demeure pas moins un moyen efficace pour projet un devenir commun… La FEST rapproche donc la formation du territoire qu’il représente.

Alors, à quoi doit-on faire attention avec les FEST ?

La question est ancienne. C’est, par exemple, tout le débat qui a opposé les tenants du CAP (qui fête ses 100 ans en 2019) et ceux des certificats de spécialités, les seconds reprochant aux premiers de n’être pas assez opérationnels dans le travail, là où les premiers prônaient des « soft skills » pour lutter contre l’obsolescence programmée des compétences et de favoriser une autonomie des apprenants.

En relisant les débats de l’époque, on peut supposer que les mêmes causes produisent les mêmes effets, et que les FEST peuvent rapidement devenir un handicap pour les apprenants trop proches de leur situation de travail.

Apprendre et travailler… en même temps ?

La formation en situation de travail fait peser sur l’apprenant une contrainte double : apprendre et travailler en même temps. Au moment où les besoins de trans-formation n’ont jamais été aussi forts dans les entreprises, est-ce une bonne piste ?

Les responsables de formation risquent d’avoir chaud aux FEST… pour ceux qui ne voient dans les FEST qu’un démaillage des contraintes réglementaires et non une opportunité de faire de l’entreprise uneorganisation apprenante… Mais là, tout reste à faire.


Repéré depuis https://www.focusrh.com/tribunes/responsables-de-formation-gare-vos-fest-par-stephane-diebold-31829.html