Depuis son lancement en 2019, le compte personnel de formation attire massivement les escrocs qui cherchent à dérober cet argent alloué à tous les actifs français. Il est difficile de s’extirper de ce harcèlement.

Nos boites mails sont remplies d’arnaques au compte personnel de formation (CPF). Pire, c’est désormais par téléphone que les escrocs tentent de vous piéger pour récupérer l’argent alloué par l’État français. Entre 2020 et 2021, 4 948 signalements d’arnaques au CPF ont été remontés aux services de l’administration, rapporte RTLOn vous explique comment les malfaiteurs ont accès à vos données et quels sont les moyens pour se préserver de ces spams.

Comment obtiennent-ils votre numéro ?

Il est toujours assez intrusif de recevoir un message suspect sur son smartphone. Le fait que les escrocs parviennent à vous envoyer ces messages signifie probablement que votre numéro a été récupéré quelque part sur le web. Vos coordonnées peuvent être demandées lorsque vous ouvrez un compte sur un site. Ce dernier peut être victime d’une cyberattaque. « Généralement, les attaquants trouvent les données personnelles dans les fuites de bases de données. On peut retrouver ces fichiers sur le darknet. Certains hackers peuvent revendre toutes ces informations sur des forums spécialisés », nous explique Jérôme Soyer, directeur chez Varonis, société spécialisée dans la cybersécurité.

Peut-on les bloquer ?

Oui, mais il n’y a rien de définitif pour empêcher totalement ces tentatives d’arnaques. Vous pouvez signaler un démarchage téléphonique frauduleux ou abusif sur le site SignalConso et vous inscrire ensuite sur Bloctel. Cette plateforme permet d’être rayé de la liste des numéros ouverts aux appels commerciaux, mais rien n’empêche réellement les escrocs de continuer à vous contacter, notamment avec de nouveaux numéros.

—————

Repéré depuis https://www.numerama.com/cyberguerre/998219-pourquoi-vous-etes-harcele-par-les-arnaques-au-cpf.html

Abonnez-vous à notre Newsletter : https://digital-learning-academy.com/abonnement-newsletter

Partagez cet article