Le Design Thinking est un processus exploratoire qui a pour objectif premier de transformer un besoin en demande, c’est une méthode d’innovation et de recherche de solutions très créatives, mais également très structurées, centrées sur l’humain. 

Alors que la formation n’a jamais eu un terrain de jeu aussi vaste qu’aujourd’hui, utiliser le Design Thinking pour créer de nouvelles expériences de formation est très tentant.

 

Les bases du Design Thinking

Le Design Thinking n’est pas du Design (dans sa dimension purement esthétique) ni du Thinking (au sens de la pure réflexion). C’est un processus structuré qui permet d’imaginer de concevoir et d’affiner des solutions (expériences) nouvelles, élégantes, adaptées, performantes, pertinentes et appréciées.

Ce courant culturel est apparu au milieu des années 2000 dans la Silicon Valley, à l’initiative de l’ingénieur David Kelley et du designer Tim Brown à la tête de l’agence de créativité Ideo. Pour eux, la mission d’un designer est de s’efforcer de comprendre l’humain dans ses usages et ses préférences pour être force de propositions innovantes. Il a également pour mission d’organiser ses solutions autour des utilisateurs et non pas autour des systèmes qu’il conçoit.

Les bases du Design Thinking sont l’observation, la connaissance exhaustive et précise de ses cibles, la curiosité, l’interdisciplinarité et l’intégration de contraintes.

 

La mise en œuvre de la méthode

Le Design Thinking enrichit les processus créatifs traditionnels (1. définition du problème, 2. recherche de solutions, 3. mise en œuvre des solutions) en proposant 2 phases et 5 étapes :

Espace des problèmes

  1. Empathize (empathie)
    C’est le travail par lequel on comprend les humains dans le contexte du défi posé par le design. Il s’agit d’un effort pour comprendre comment et pourquoi les individus font ce qu’ils font, leurs besoins physiques et émotionnels, comment ils voient le monde et ce qui est significatif pour eux.
    Cette étape permet d’avoir une vision large du besoin.
  2. Define (définition)
    Cette étape permet de se recentrer sur le problème en définissant 4 éléments :

    • la cible ;
    • les besoins ;
    • les idées étudiées lors de la phase d’empathie ;
    • la problématique globale.

Définir le bon problème est le seul moyen de créer la meilleure solution, et surtout de distinguer l’un de l’autre.

Espace des solutions

  1. Ideate (idéation)
    Cette phase à de multiples déclinaisons possibles dans sa mise en œuvre, mais elle a toujours pour objectifs :
    • de produire des idées en grande quantité ;
    • d’associer ses idées à l’expérience dans son ensemble ;
    • de distinguer les idées nouvelles de l’existant.
  1. Protoype (prototypage)
    C’est le moment de concrétiser les idées sous forme de prototype permettant de les tester.
  2. Test (mise à l’épreuve)
    Cette phase permet de soumettre vos idées à l’épreuve de leur mise en œuvre et du regard des utilisateurs.
    Elle permet d’apprendre encore de votre solution et des utilisateurs, et de déterminer s’il est temps de s’arrêter ou de se remettre à l’ouvrage.

 

Son application en formation

Utiliser le Design Thinking en formation est un excellent moyen pour imaginer et concevoir de nouvelles expériences pédagogiques. Le digital apporte de nouveaux outils, de nouvelles façons de transmettre, d’interagir, d’engager, de mesurer, et les neurosciences nous donnent un éclairage nouveau, riche et pertinent sur nos mécanismes naturels d’apprentissage.

Ces deux apports nous donnent la possibilité de repenser la façon de former :

  • en ré-étudiant les cibles qui ont de nouvelles attentes, de nouvelles compétences, de nouvelles habitudes ;
  • en redéfinissant les besoins de formation ;
  • en s’appuyant sur de nouvelles postures ;
  • en utilisant de nouveaux outils.

Et si vous manquez d’idées, allez en dénicher les 12 et 13 décembre à LearnInnov ! :)

 

« Il est temps de repenser la formation. » — Jonathan IVE