L’effet d’espacement avait été décrit pour la première fois en 1885, mais le mécanisme cérébral impliqué demeurait obscur.

« NOUS NOUS ATTENDIONS À CE QUE LES MÊMES NEURONES SOIENT ACTIVÉS LORSQUE TROIS PHASES D’APPRENTISSAGE SE SUCCÉDAIENT TRÈS RAPIDEMENT »

En concentrant leur attention sur l’activité des neurones dans le cortex préfrontal médian dorsal, une région du cerveau fondamentale pour les processus d’apprentissage, les scientifiques s’attendaient à voir des phases d’apprentissage consécutives réactiver les mêmes voies neuronales.

« Nous nous attendions à ce que les mêmes neurones soient activés lorsque trois phases d’apprentissage se succédaient très rapidement », explique Pieter Goltstein, également co-auteur de l’étude. « Après tout, il s’agissait de la même expérience avec les mêmes informations. Cependant, après une longue pause, il était concevable que le cerveau interprète la phase d’apprentissage suivante comme un nouvel événement et le traite avec des neurones différents. »

Mais c’est exactement le contraire qui s’est produit. Ce n’est qu’avec des pauses plus longues entre les phases d’apprentissage que des modèles d’activité neuronale similaires ont été détectés. Les phases d’apprentissage consécutives courtes semblant présenter des groupes d’activité neuronale différents. Selon Goltstein, cela semble indiquer que les pauses entre les phases d’apprentissage peuvent renforcer les voies de la mémoire à long terme. Et ce mécanisme joue un rôle dans l’effet d’espacement souvent observé.

—————

Repéré depuis https://dailygeekshow.com/pause-apprentissage-memoire/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+DailyGeekShow+%28Daily+Geek+Show%29

Abonnez-vous à notre Newsletter : https://digital-learning-academy.com/abonnement-newsletter