Le rôle central du pédagogue : créer de la présence à distance !

Il y a 20 ans déjà, Geneviève Jacquinot[1],[2],[3] examinait les défis induits par la transformation numérique de la formation en identifiait 6 types de distances intervenant dans les processus d’apprentissages. Elle définit alors notamment le concept de distance pédagogique encore nommé distance transactionnelle dans les travaux de Moore[4] (et plus généralement dans la littérature anglo-saxonne) et démontre ainsi qu’il est impératif de sortir « d’une certaine conception de la médiation technologique qui vise à triompher de la distance spatiale dans les formations distancielles ».Dans son interview, Thierry Laffont insistait d’ailleurs sur le fait que la question de cette distance pédagogique se pose tant en présentiel qu’en distanciel…

L’importance de cette nouvelle posture du pédagogue a notamment été confirmée par des travaux de recherche portant sur les taux de complétude des programmes d’apprentissage et plus particulièrement sur les facteurs de décrochage des apprenants. Ces derniers ont en effet démontré qu’une part importante des abandons constatés était liée au sentiment d’isolement des apprenants[7] qui limite leur aptitude à l’auto-direction[8],[9].

Préparation de la séance

En amont, la classe virtuelle demande une préparation soignée, souvent plus fastidieuse que celle de la classe traditionnelle. Pour que la session soit fluide et l’animation continue, la granularité du cadrage doit être importante, tant sur le plan chronologique que sur le plan du contenu. Le formateur devra ainsi préparer un « agenda » de la classe qui recense et présente clairement aux apprenants les différentes « étapes et activités pédagogiques proposées ». Le pédagogue devra également prévoir des ressources documentaires qui permettent d’une part d’illustrer les apprentissages proposés et d’approfondir les concepts et notions abordées (pour les étudiants qui le souhaitent !). Enfin, story-board et scénarios pédagogiques sont de précieux outils pour induire et animer la collaboration entre apprenants, une attention particulière devra-être portée à leur préparation.

Implication préalable des apprenants

L’implication des apprenants passe également par des actions de communication préalables à la , elles permettent à l’animateur d’initier les apprenants à certaines dimensions inhérentes à cette modalité d’ :

  • Motivationnelles :.
  • Techniques :
  • Participatives

Animation

Ne tombez pas dans le piège de l’approche transmissive, l’objectif de la classe virtuelle c’est de d’accompagner les étudiants dans leurs apprentissages et de favoriser le peer-learning.

Suivi de l’implication et évaluation des apprenants

N’oubliez pas de proposer des quizz, des exercices pratiques, des sondages ou encore des partages d’expérience afin d’évaluer la progression des apprenants et de vous assurer que les objectifs pédagogique que vous aviez collectivement définis ont été atteints.

Découvrir l’interview de Thierry Laffont, spécialiste de la classe virtuelle – accéder à la première partie de ce focus, bonne lecture;)