Le blended learning est un dispositif de formation mal compris : il est trop souvent utilisé pour distinguer la partie théorique, isolée dans une modalité de formation à distance, de la partie pratique, concentrée dans une modalité de formation présentielle. D’un point de vue pédagogique, c’est (presque) l’une des pires manières de faire, et pourtant c’est la plus répandue. En effet, pour créer un dispositif de formation blended engageant et efficace, il convient d’intégrer dès le début du parcours une dimension collaborative, un accompagnement et de la mise en pratique.

Voyons comment repenser le blended learning, avec un exemple concret et détaillé sur un dispositif de formation en communication impactante 🎤

1. Le blended learning : le piège du découpage entre théorie et mise en pratique

À l’origine, et dès l’arrivée des premiers modules e-learning, le blended learning est apparu dans sa forme traditionnelle : il est composé d’un module e-learning qui contient la théorie et d’un module présentiel dédié à la mise en pratique.

Sur le papier c’est intéressant, c’est censé permettre d’optimiser l’efficacité du dispositif de formation. En effet la partie théorique peut être assimilée en profitant de la flexibilité du digital (je me forme où je veux, quand je veux, à mon rythme). Ce qui permet de ne mobiliser les apprenants dans un module présentiel que pour le temps de la mise en pratique. Le formateur peut dans ce contexte se concentrer sur la partie la plus créatrice de valeur dans son métier : l’accompagnement.

Mais quand on regarde ce que ça donne en pratique, on comprend vite pourquoi le dispositif ne tient pas ses promesses…

▶️ Pour résumer, à vouloir ainsi optimiser le dispositif de formation, on l’a rendu moins engageant et moins efficace. Pourtant, le blended learning, s’il est bien structuré, permet d’optimiser l’atteinte des objectifs de la formations. Voyons comment.

2. Le blended learning : la vertueuse articulation entre théorie et mise en pratique

La clé pour créer un dispositif engageant et efficace, c’est d’intégrer dès le départ une dimension sociale, de l’accompagnement et de la mise en pratique. Et pour cela, il est nécessaire que la modalité de formation à distance contienne ces trois ingrédients. Alors on pourra bénéficier du meilleur du digital et du meilleur du présentiel.

Avec un SPOC, le blended learning prend une toute autre forme dès le début de la formation :

1) l’apprenant fait connaissance avec le le formateur et avec le groupe qui suit la formation, cette promotion de pairs qu’il retrouvera aussi dans la partie présentielle

2) l’apprenant se fait accompagner par le formateur et apprend de ses pairs avec qui il collabore

3) mais aussi et surtout, l’apprenant commence déjà à faire de la mise en pratique, et donc à monter en compétence

3. Le blended learning : un exemple concret de dispositif

Parmi les thèmes de formation qui se prêtent bien au blended learning, il y a les soft skills(gestion du stress, communication, prise de parole en public, créativité, etc). En effet l’apprentissage de ces compétences peut être renforcé dans un dispositif de blended learning.

—————

Repéré depuis https://www.linkedin.com/pulse/blended-learning-ne-séparez-plus-la-théorie-et-mise-en-pierre-monclos/