Image-LeanrinAcademy-3.png

L’EXPÉRIENCE APPRENANT SOUS LE SPECTRE DE L’HYBRIDATION

KEDGE Business School

Digital Learning Et Environnement Physique D’apprentissage
 
DÉFINITION DE L’EXPÉRIENCE APPRENANT
 

L’expérience de l’apprenant se situe au centre du système d’un cours digitalisé. Centrée, elle est soutenue par trois contreforts la régissant.

Le premier élément est le Fond, le deuxième est la Forme, le troisième est le Service.

Le Fond : il constitue la matière théorique du cours.

La Forme : elle est le mode de représentation esthétique et ergonomique.

Le Service : il représente les activités d’encadrement et d’assistance technique pour l’apprenant.

Le tout constitue le cours digitalisé dans son ensemble.

L’objectif de cette analyse est de comprendre les fondements d’un cours digitalisé et l’importance de ce qui le constitue. Un déséquilibre entre ces contreforts aurait pour conséquence l’altération de la qualité du cours.

Il existe deux formats de cours digitalisé :

Le cours 100% en distanciel ou digital learning.
Le cours hybride ou blended learning.

 
DÉFINITION DU COURS HYBRIDE
 

Dans le cas du cours au format hybride, deux environnements de nature différente se côtoient durant le cours : l’environnement digital learning et l’environnement physique d’apprentissage.

 
– L’Environnement Digital Learning
 

L’environnement du digital Learning est le contenu de cours en ligne. Il se matérialise par un site ou page internet et son interface.

Il existe deux stratégies de conception de la matière pédagogique :

Conception directement en ligne : Pour cela on utilise un Learning Content Management Système ou LCMS.
Conception au préalable : On produit des blocs de contenu de cours en amont (équipe de conception) puis on intègre les blocs de contenu en ligne sur une plateforme : Learning Management Système ou LMS.

Les LCMS et LMS peuvent intégrer plusieurs solutions interactives. Généralement, ils autorisent l’intégration d’outils propriétaires sous la forme de modules complémentaires comme par exemple : Articulate, H5P, Wooclap, Adobe Captivate, Socrative,…etc.

Les sociétés d’outils propriétaires disposent en interne ou en externe (sous-traitance) d’équipes pluridisciplinaires de projet qui se composent de : designer, développeur, ingénieur en formation, etc. Il s’agit de solutions clés en main.

 

Lire aussi > DESIGN & DIGITAL LEARNING

– L’Environnement Physique d’Apprentissage
L’environnement physique d’apprentissage revêt une importance de premier ordre. L’architecture du bâti et sa situation géographique (accessibilité) joue un rôle prépondérant dès lors que le format du cours évolue vers un format hybride (ou Blended Learning en anglais). L’hybridation implique une phase du cours en distanciel et une phase en présentiel qui se déroule au sein d’un espace dédié à l’apprentissage et au développement de la pratique et des échanges des apprenants.

 
L’ENVIRONNEMENT PHYSIQUE D’APPRENTISSAGE
Tous les espaces sont potentiellement des environnements physiques d’apprentissage.

Les besoins varient selon l’activité qui y est pratiquée. Peut-être seul un tableau blanc, sans table, ni chaise suffira ! Il est toutefois préférable de maîtriser certains points en mettant à disposition à minima les services suivants : un accès à internet performant, des ordinateurs, des projecteurs, un mur d’expression comme un tableau écritoire ou un écran interactif tactile par exemple.

Les environnements physiques d’apprentissage sont aujourd’hui en pleine mutation. Ces mutations vont donner lieu à d’autres modèles comme la classe éphémère au sein de pôles économiques (clusters) ou entreprises…

La conséquence de ces évolutions génère un duel entre le modèle dit « ancestral » des écoles et le nouveau modèle polymorphe qui est à la croisée entre le distanciel (Digital Learning) et un présentiel qui tend à se dérouler dans un environnement approprié.

 

Bien plus qu’une simple salle de classe, un catalyseur.

 

L’espace utilisé doit favoriser l’acquisition des connaissances, la recherche et l’échange des bonnes pratiques.

À la suite d’une enquête réalisée auprès de cadres d’entreprise, Tony Wagner expert en résidence au Laboratoire d’Innovation de l’Université d’Harvard, publiait en 2012 les 7 compétences de survie chez les employés.

De ce fait, nous pouvons considérer qu’un espace bien pensé serait bien utilisé et permettrait de développer ces 7 compétences chez les apprenants.

Les 7 compétences selon Tony Wagner sont :

Pensée critique et résolution de problème
Collaboration et leadership
Agilité et adaptabilité
Initiative et Entrepreneuriat
Communication orale et écrite
Accessibilité et Analyse de l’information
Curiosité et Imagination

 
Est-ce que l’espace doit être le même tout au long de la phase présentielle ?
La phase présentielle dans le parcours d’apprentissage se déroule généralement au sein d’un ou plusieurs espaces favorisant la mise en pratique de la théorie assimilée préalablement en distanciel.

L’environnement physique d’apprentissage, dit lieu d’apprentissage et de pratique, symbolise la stratégie pédagogique de l’établissement d’enseignement par ses aspects expérientiels. Nous pouvons considérer que chaque lieu à ses avantages et ses inconvénients. Et chaque phase a ses propres besoins.

 
Adapter sa stratégie pédagogique à la cible et l’environnement physique d’apprentissage

 

L’apprenant doit être amené à quitter la posture d’apprentissage passif (Passive Learning) pour l’apprentissage actif (Active Learning).

 

Mikaël Declerck, chercheur à l’UCLouvain précisait en 2019, lors d’une présentation de synthèse organisée au Louvain Learning Lab :

l’apprentissage actif se caractérise par le fait de :

impliquer l’apprenant dans la construction de l’apprentissage,
engager l’apprenant dans un traitement en profondeur de la matière,
construire l’apprentissage par l’interaction (avec l’enseignant et avec les autres apprenants),
concevoir l’apprentissage comme une évolution des connaissances et des compétences.

Il s’agit de sortir de l’apprentissage passif orienté sur une pédagogie centrée sur l’enseignant, favorisant un mode d’enseignement unilatéral et transmissif.

Les apprenants qui se retrouvent au sein de l’établissement y sont pour évoluer ensemble. Comprendre et apprendre de l’autre, échanger sur les réussites et les échecs, dans le but développer leurs compétences d’apprentissage. Il est donc primordial de quitter le modèle d’un enseignement unilatéral et transmissif afin de tirer le meilleur parti de la phase présentielle.

 
Le lieu devient l’incarnation physique de la pédagogie.
En 2016, l’agence Perkins & Will faisait état de 7 éléments clés dont un espace doit se doter :

la lumière naturelle abondante
des couleurs stimulantes
la flexibilité et le choix du lieu de travail
la transparence
des espaces ouverts et favorisants la collaboration
des fournitures modulables et modulaires
des technologies de l’information et de la communication

Être en capacité de répondre à ces 7 éléments est une opportunité d’offrir aux apprenants des espaces pertinents et harmonieux optimisant leur apprentissage.

Bien plus que de simples salles de cours, les espaces d’accueil, de travail et d’apprentissage (coworking, learning lab, training room, etc.) seront des lieux de vie et de co-construction des bases de notre société future.

Le modèle des entreprises de demain se construit à travers le modelage des apprenants d’aujourd’hui.

 
L’ECOLE : ENVIRONNEMENT PHYSIQUE D’APPRENTISSAGE
La révolution du modèle « ancestral » des écoles.

“Public schools were not only created in the interests of industrialism — they were created in the image of industrialism.”

Si cette phrase de Sir Ken Robinson, enseignant à l’Université de Londres, fonctionne pour le modèle d’enseignement, elle a aussi du sens pour l’architecture de l’environnement physique d’apprentissage

Deux modèles se dégagent pour deux profils d’apprenants différents :

Le profil apprenant nouvelle génération, ayant une forte capacité d’adaptation et ayant développé les compétences d’apprentissage en autonomie. Les cours en distanciel sont en phase avec ce profil très autonome et qui ne nécessite pas d’environnement physique d’apprentissage.
Le profil apprenant traditionnel, en souffrance dans le modèle du digital learning 100% en distanciel, qui a besoin de suivre principalement un enseignement avec des temps de rencontre physique. Le modèle du cours hybride : digital learning + des moments en présentiel au sein d’un environnement physique d’apprentissage, est plus en adéquation avec les besoins de ce profil apprenant.

C’est pour répondre à ce dernier profil – le profil apprenant traditionnel – que l’environnement physique d’apprentissage doit se réinventer et s’adapter aux nouvelles exigences de la société.

 
QUEL MODÈLE D’ÉCOLE POUR DEMAIN ?
 

Demain, l’école sera un îlot central, un nœud à l’image des plateformes multimodales, les gens s’y croisent et s’y rencontrent : apprenants, entreprises, startups, professeurs, chercheurs, etc.

Un espace partagé dans lequel chacun évolue au contact de l’autre et partage son expérience humaine d’apprentissage et entrepreneuriale.

Une école libérée et résolument tournée vers l’expérience d’apprentissage servant ainsi sa croissance et sa pérennité.