L’approche pédagogique par objectif est le modèle le plus courant. « Être capable de… » suivi d’un verbe d’action est la règle quasi unique utilisée en conception pédagogique. Ce modèle par objectif est celui du « conditionnement ». Mais il existe d’autres modèles : « constructiviste », « socioconstructivite ». Visite guidée de ces 3 modèles d’apprentissage.

 

Le modèle par objectif

Popularisée par Skinner et Watson, la pédagogie béhavioriste a donné naissance à l’approche par objectifs, très largement utilisée aujourd’hui en conception pédagogique.

Cette approche pédagogique qui vise à conditionner des comportements (être capable de + un verbe d’action) est en rupture forte avec les approches mentalistes (savoir, comprendre).

Replacée par rapport à la taxonomie de bloom…

  1. reconnaître ;
  2. comprendre ;
  3. appliquer ;
  4. analyser ;
  5. évaluer ;
  6. créer ;

… la pédagogie par objectif vise les niveaux 3 à 6 alors que l’approche mentaliste se limite aux niveaux 1 et 2.

Une des limites de cette approche par objectif est de ne pas prendre en compte la notion de compétence globale en se contentant de décomposer l’apprentissage en petites unités pour permettre une granularisation et une progression facilement maîtrisable.

Par exemple :

  • savoir prendre une mesure ;
  • savoir découper une planche à la bonne taille ;
  • savoir planter des clous ;

ne permet pas de « construire un abri de jardin », car cela nécessite également une compétence globale de coordination de toutes les actions.

 

Le modèle constructiviste

Le modèle constructiviste fut principalement développé par Jean Piaget qui considérait que le modèle béhavioriste ne permettait pas de se construire sa propre représentation globale des savoirs et des compétences visés par les formations.

Ce modèle repose sur l’apprentissage par investigation et non par conditionnement en deux étapes :

  • l’assimilation : qui consiste à ajouter de nouvelles connaissances à celles déjà possédées par l’apprenant en réalisant des expérimentations ;
  • l’accommodation : qui consiste à acquérir de compétences en réalisant des activités de mise en pratique nécessitant de combiner les compétences déjà maîtrisées et les nouvelles connaissances.

Autrement dit, l’apprentissage constructiviste consiste à enrichir les connaissances théoriques de l’apprenant par des expérimentations puis de mobiliser ces nouvelles connaissances théoriques pour réaliser des mises en pratique qui lui permettront de développer de nouvelles compétences.

Cette mécanique a pour objectif de permettre à chaque apprenant de construire par lui-même de nouvelles structures de compétences.

Le modèle socioconstructiviste

Similaire au modèle constructiviste sur l’apprentissage par investigation, le modèle socioconstructiviste y ajoute l’apprentissage en collaboration pour enrichir les connaissances et les compétences des apprenants par l’ensemble de leurs expériences.

La mise en œuvre de ce modèle nécessite de faire travailler en groupe les apprenants, de leur faire créer une « œuvre » pédagogique collective selon le cycle :

  • identification du contexte, des contraintes, des objectifs ;
  • création des mécanismes d’acquisition des compétences ;
  • description des compétences à mobiliser (savoir, savoir-faire, savoir-être) ;

L’encadrement pédagogique consiste à guider les apprenants vers les activités leur permettant de faire fonctionner ce cycle.

 

Aucun de ces 3 modèles n’est meilleur que les autres, chacun d’eux peut être adapté à la formation présentielle ou distancielle, synchrone ou asynchrone. Pour autant le modèle par objectif est le plus simple des 3 à mettre en œuvre.

 

« Une petite brique de savoir n’est pas une compétence » — Ole Kirk Christiansen

 


Les abonnés BEST et MAGIC peuvent écouter cette Newsletter en Podcast