Apparus il y a moins de 10 ans, les #MOOC ont été le symbole d’un changement dans l’#éducation, générant comme toute innovation de grands espoirs, pas mal d’interrogations et d’appréhensions.

L’esprit des MOOC

Dit d’une autre manière, tout le monde sur la planète peut suivre un MOOC sans être inscrit dans une université.

Les MOOC ne sont pas des Power-Points améliorés avec un peu de vidéo, mais de véritables cours créés par des professeurs et comprenant :

  • Des objectifs pédagogiques
  • Du contenu organisé en séances courtes de quelques minutes
  • Diffusé de différentes manières (textes, lectures, vidéos…)
  • Des forums de discussion
  • Des ressources pédagogiques complémentaires
  • Une évaluation finale pour les MOOC certifiant

Ils ne doivent pas être confondus avec des modules d’#e-learning.

Un certain nombre de critères les différencie

  • Les MOOC sont offerts par des institutions d’enseignement, généralement supérieurs alors que les modules peuvent être proposés par des éditeurs
  • Ils sont créés et reposent sur un professeur bien identifié alors que les modules sont anonymes
  • Sont des cours complets (au sens anglo-saxon du terme) s’étalant sur différentes séances alors que les modules portent plutôt sur des thèmes
  • La notion de communauté d’apprenants et d’interrelation entre les apprenants est plus développée
  • Ils se déroulent sur un temps déterminé (4 à 8 semaines)
  • L’inscription et le suivi se font au travers de plate-forme (Coursera, Edx, Futurelearn, Fun…)

Des MOOC pour quelle stratégie ?

Un MOOC doit – selon moi – s’inscrire dans une stratégie d’établissement. J’ai identifié sept axes stratégiques :

1) Stratégie d’image.

2) Stratégie de « nobélisation »

3) Stratégie de recrutement déguisé

4) Stratégie d’innovation pédagogique

5) Stratégie pédagogique

6) Stratégie de spécialisation

7) Stratégie financière