L’intelligence n’est ni artificielle ni innée

L’intelligence n’est ni artificielle ni innée

Actuellement en plein essor, les technologies reposant sur l’intelligence artificielle n’ont de fait que peu à voir avec l’intelligence humaine. Leur développement impose de former les jeunes et moins jeunes à la science algorithmique pour mieux les comprendre et de garder à l’esprit que les machines et leurs calculs sont faillibles.

D’où vient le mot « intelligence » ? Il est emprunté au latin intelligentia, « faculté de percevoir, compréhension, intelligence », lui-même dérivé de intellĕgĕre (« discerner, saisir, comprendre »), composé du préfixe inter- (« entre ») et du verbe lĕgĕre (« cueillir, choisir, lire »). Étymologiquement, l’intelligence consiste donc à faire un choix. Même si la définition de l’intelligence est objet de nombreux débats, on peut parler d’une activité volontaire et réfléchie qui s’oppose à l’instinct.

Comprendre le fonctionnement des technologies de l’IA

Réfléchir à l’intelligence artificielle est donc important et ne doit pas se limiter à la manière de monétiser l’IA. Le récent rapport Villani propose des pistes sur l’éthique ainsi que des éléments pour la gouvernance à l’heure d’un monde #numérique. En ce sens, la nouvelle formation d’ingénieur·e en alternance du Cnam en IA/big data est aussi un élément important : pour faire des choix il faut comprendre comment fonctionnent ces technologies et quelles en sont les limites.

2018-05-14T22:43:24+02:00 mai 18th, 2018|Categories: Cognition et Communication, Curation triée|Tags: , |0 commentaire

Laisser un commentaire

Mon compte :

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.