On s’attend du parcours aux études supérieures qu’il soit lié à une expérience d’enseignement riche de savoirs et de qualité pédagogique. De plus en plus, les professeurs s’efforcent avec sensibilité d’adopter des pratiques enseignantes et des approches pédagogiques qui suscitent l’engagement et la motivation des étudiants. Il est convenu que la pédagogie ludique demeure une approche peu commune dans l’éducation aux cycles supérieurs et est généralement considérée comme une stratégie à but unique plutôt qu’une philosophie d’enseignement sous-jacente plus englobante.

Cinq fondements ressortent de cette investigation appartenant à la recherche qualitative interprétative en sciences de l’éducation :

  • 1) le jeu est sous-utilisé et dévalorisé dans l’enseignement supérieur;
  • 2) le jeu soutient la sécurité relationnelle en cultivant un environnement de classe chaleureux;
  • 3) le jeu élimine les obstacles à l’apprentissage;
  • 4) le jeu éveille l’affect positif et la motivation des étudiants;
  • 5) le jeu favorise une attitude ouverte et engagée prédisposant aux apprentissages.

Conclusion

Un consensus demeure présent dans la littérature empirique : l’utilisation diversifiée des stratégies pédagogiques a le pouvoir de faire passer l’étudiant d’un niveau simpliste de consolidation de ses apprentissages à une compréhension plus complexe et profonde des constituants de la matière enseignée (Bloom, 1956). Ainsi, la pratique du jeu et la littérature qui la sous-tend ont donc beaucoup à offrir aux pédagogues des cycles supérieurs en ce qui a trait aux moyens à mettre en place pour proposer des expériences d’apprentissage engageantes aux étudiants. Ne reste qu’à susciter la réceptivité des corps professoraux de l’enseignement supérieur afin de situer une pratique enseignante diversifiée, proactive et ludique.

—————

Repéré depuis http://rire.ctreq.qc.ca/2021/07/le-processus-du-jeu-dans-lapprentissage-en-enseignement-superieur-une-experience-qui-fait-sens/