Depuis 1971 la formation est un conte de fée à la française. Via la mutualisation ou désormais la comptabilisation de droits on prétend pouvoir former 30 millions d’actifs tout au long de la vie avec 10 fois moins de fonds que nécessaire.

Le CPF : un leurre social et éducatif

Les Pouvoirs Publics n’ont toujours pas expliqué comment, avec une cotisation formation de 900 millions d’euros, il serait possible de créer 10 milliards d’euros de droits annuels à la formation (18 millions de salariés « dotés » de 500 € de CPF chacun + les travailleurs indépendants + les bénévoles des associations)

Les entreprises privées n’ont plus d’argent pour former

En supprimant non pas la cotisation formation (ce qui eut été logique) mais l’obligation d’un plan de formation et de dépenser en formation les Pouvoirs Publics ont déstabilisé un éco-système fragile et collant toujours à une réglementation du travail lourde et pénalisante (le droit du travail est ambiguë sur la formation et n’a jamais admis, même après la création du DIF, la responsabilité du salarié quant au développement de ses compétences, l’importance capitale de la formation hors temps de travail)

  • La réforme de la formation de 2014 a supprimé l’imputabilité des dépenses formation et nombre de services formation en entreprise.
  • Les OPCA disparu en 2019 ont laissé un grand vide.
  • Les directions des entreprises ne sont ni sensibilisées ni sensibles à la formation.

Il manque de 50 à 100 milliards d’euros pour former les 30 millions d’actifs de France (dont 20 % au moins sont insuffisamment éduqués pour travailler au XXIe siècle)

  • 6 millions de chômeurs dont la moitié est insuffisamment qualifiée pour trouver et développer un travail (2 millions de jeunes NEET et 1 million de chômeurs de longue durée). La remise à niveau de ces 3 millions de personnes coûterait environ 20 milliards d’euros (6 000 € par personne)
  • 5 millions de travailleurs salariés ou indépendants (dont 2 millions de personnes illettrées, sans doute un million d’étrangers non ou peu qualifiés) soit 15 milliards d’euros environ (toujours sur une base de 6 000 € par personne à requalifier)
  • 6 millions de fonctionnaires qui doivent affronter les 3 révolutions actuelles du travail : nouvelles organisations du travail, numérisation et transformation écologique. Chacun de ces agents a acquis 2000 € de droits à la formation soit 10 milliards d’euros selon les calculs d’une mission parlementaire en février 2019
  • 18 millions de salariés sont dotés (virtuellement) depuis 2019 de 500 € de CPF chacun (800 € pour les travailleurs handicapés et les moins diplômés) soit environ 10 milliards d’euros de droits annuels à la formation. A ce flux de 10 milliards il faut ajouter le stock d’un milliard d’heures de DIF (15 milliards d’euros) et d’un autre milliard d’heures de CPF accumulées depuis 2015 soit encore 15 milliards d’euros

—————

Repéré depuis https://www.linkedin.com/pulse/la-dette-formation-en-france-de-50-à-100-milliards-deuros-cozin/