Jouez avec nous au Datadock ! : WILLEMS CONSULTANTS

Jouez avec nous au Datadock ! : WILLEMS CONSULTANTS

C’était un test pour voir…et on a vu. Un OPCA qui ne croit pas immodérément au , mais qui reste politiquement correct et en fait officiellement la promotion, a organisé un test à l’aveugle auprès des évaluateurs (ou référenceurs) du Datadock. Plusieurs dossiers leurs ont été soumis à titre d’entraînement, en réalité les mêmes, avec relevé des copies en fin d’exercice. Bingo ! avec les mêmes déclarations, pièces et argumentaires, les organismes ont été soit référencés, soit non référençables et rarement sur les mêmes critères. Bien sûr, toute évaluation humaine comporte sa part d’arbitraire. Ce ne sont pas les candidats au bac, ni les entreprises contrôlés par l’URSSAF ou par le fisc qui diront le contraire (ni les OPCA contrôlés par la DGEFP…). Ce qui laisse pantois, ce sont les remarques dont sont assortis les rejets. Le plus souvent elles se limitent à deux : description imprécise ou incomplète (sans que l’on vous indique en quoi consisterait la finition ou la complétude) ou non conforme à l’indicateur (sans que ne soit précisé en quoi consiste la non conformité).
La situation n’est toutefois pas étonnante : à évaluer sans disposer d’un référentiel commun (et au surplus sans référentiel partagé avec les impétrants) on s’expose à évaluer suivant des critères non stabilisés et à laisser des espaces béants dans lesquels peut s’engouffrer l’arbitraire. Car lorsque vous décrivez vos indicateurs de performance (augmentation de CA d’une année sur l’autre, taux de transformation des prospections, etc.) et que l’on vous dit que c’est insuffisant, qui est capable de dire où se situe le suffisant sur cet indicateur ? (exemple parmi des dizaines d’autres). Si le Datadock était sans doute la meilleure réponse possible de la part des OPCA à une exigence stupide (faire du référencement a priori et systématique plutôt que de délivrer des labels qualité a posteriori sur la base de bonnes pratiques que l’on souhaite promouvoir, bref refaire du règlementaire au lieu de faire de la qualité), si donc le Datadock a pour vertu d’éviter la démultiplication des dossiers et de limiter la bureaucratie, il faut bien reconnaître qu’il n’offre absolument aucune garantie sur la sécurité juridique des décisions qui pourraient être prises sur cette base, tant la non-transparence et l’arbitraire semblent gouverner le dispositif. Sauf à référencer tout le monde (ce qui n’est pas exclu…), on attend de voir le premier contentieux liés à un refus de référencement ou à un déréférencement.
Bon ceci dit, il va falloir que je m’y mette aussi au Datadock, à moins que j’attende le retour de vacances…

 

2018-01-01T20:40:53+01:00septembre 4th, 2017|Categories: Curation triée, Méthodes et organisation|Tags: , |0 commentaire

Laisser un commentaire

Mon compte :

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.