La loi Avenir professionnel entend transformer profondément le rôle et la mission des OPCA, organismes paritaires collecteurs agréés, pour en faire des OPCO, opérateurs de compétences au service de l’ensemble des entreprises et des salariés. Comment la continuité sera-t-elle assurée durant cette mue en 2019 ? 

Effervescence à l’approche de l’échéance

À quelques jours de l’entrée en fonction de France Compétences, le Cnefop a tenu son ultime assemblée plénière le 11 décembre. Le décret précisant la composition du dossier de demande d’agrément des futurs OPCO a été présenté au cours de celle-ci, et il suscite la méfiance de certains syndicats.

Assurer la continuité tout en se transformant en OPCO

L’agrément des nouvelles structures devant intervenir au plus tard le 1er avril 2019, les OPCA devront être à même d’assurer leurs diverses missions jusqu’à cette échéance. Des recommandations dans ce sens ont été faites par le Ministère du Travail auprès des acteurs concernés, notamment sur la façon de traiter les dossiers en cours et ceux qui seront pris en charge début 2019.

Assurer la continuité et la qualité du service délivré, auprès des entreprises comme des salariés, ne sera sans doute pas évident pour des organismes bousculés par la transformation profonde de leurs missions. Les futurs OPCO doivent cependant y parvenir s’ils veulent bénéficier d’emblée d’une bonne crédibilité aux yeux de toutes les parties prenantes.


Repéré depuis https://blog.cursuspro.com/des-opca-aux-opco-comment-sera-assuree-transition-2019/