Entré en vigueur depuis le 6 janvier 2015, le successeur du Droit individuel à la (DIF) serait-il long au démarrage ? A en croire la Fédération de la formation professionnelle « seules 130 prises en charge de formation ont été acceptées sur les 25.000 dossiers de demandes au Compte personnel de formation (##). » Le ministère du Travail contredit ces chiffres et nous apporte des éléments de réponses.

 Autre bémol relayé cette fois-ci par l’organisation de formation Cegos : le volet financier. « Les entreprises peinent à obtenir de leur Opca (Ndlr: les organismes qui collectent les contributions des entreprises) la visibilité sur le refinancement qu’elles peuvent attendre. Ce qui freine leurs décisions d’engagement », témoigne-t-elle toujours dans Le Figaro.
Interrogé par Batiactu, le ministère du Travail contredit les chiffres de la FPP et confirme une montée en puissance du dispositif mis en place seulement en janvier : « On se demande vraiment d’où sortent ces chiffres, près d’un million de comptes déjà ont été ouverts en dix semaines par les salariés sur près d’une vingtaine de millions qui ont procédé au transfert de plus de 75 millions d’heures de droits acquis au titre du droit individuel à la formation (DIF), le prédécesseur du CPF, précise le ministère. On enregistre également près de 23.000 formations certifiantes. D’autant plus que les entreprises disposent d’une durée de trente jours pour donner leur accord ! S’agissant du bâtiment, il est encore trop tôt pour faire un bilan. »

L’année 2015 est une année de transition. Pour le moment, les entreprises et organismes de formation rencontrent de nombreuses difficultés. On peut se poser légitimement la question de la capacité de cette réforme à se mettre en place

Repéré depuis www.batiactu.com