C’est l’une des clefs de voûte de la loi “Avenir professionnel”, promulguée en septembre dernier: la réforme du compte personnel de formation (CPF). Entré en vigueur en 2015, ce compte individuel a remplacé l’ancien compteur DIF (droit individuel à la formation). Il permet à chaque actif de cumuler des droits à la formation tout au long de sa carrière, quel que soit son statut (salarié, demandeur d’emploi, travailleur indépendant…). A compter du 1er janvier 2019, le dispositif évolue. De quelle manière?

Vers une perte de droits en 2019 ?

La question est sur toutes les lèvres: le CPF va-t-il être moins généreux dans sa nouvelle version? Plusieurs organismes de formation et des syndicats s’inquiètent d’une potentielle perte de droits. Déjà parce qu’un salarié n’ayant jamais mobilisé son DIF (120 heures) ni son CPF (72 heures) au 31 décembre 2018, a vu son compte crédité de seulement 2.880 euros au 1er janvier 2019, et non 5.000 euros (le nouveau plafond). “A cette somme viendront s’ajouter, au courant du premier trimestre 2019, 360 euros pour les 24 heures acquises au titre de l’année 2018”, précise tout de même le gouvernement.

Que faire en cas de crédit insuffisant ?

Si vous visez une formation plus coûteuse que le crédit de votre CPF, plusieurs options s’offrent à vous:

  1. Contactez votre OPCO (opérateurs de compétences qui remplacent dès 2019 les OPCA) qui peut apporter un financement supplémentaire à vos formations. Attention toutefois, un vaste regroupement des OPCO est à l’œuvre en 2019. Ils passeront de 20 à 11 d’ici avril, et leur missions évoluent également. Ce qui peut, selon les branches, ralentir voire bloquer certains projets de formation. Vous pouvez également vous tourner vers d’autres opérateurs tels que Pôle emploi, si vous êtes demandeur d’emploi ou encore votre région.
  2. Sollicitez un coup de pouce de votre employeur, en particulier si un accord collectif d’entreprise le prévoit. “Si votre formation s’insère dans le cadre d’une montée en compétences en lien avec votre poste actuel, votre employeur peut avoir tout intérêt à abonder votre CPF”, souligne Denis Lullier.
  3. Financer vous-même le reste à charge de votre formation est également l’une des solutions possibles.


Repéré depuis https://www.challenges.fr/entreprise/vie-de-bureau/cpf-quels-sont-les-changements-a-connaitre-pour-vous-former_638318