Depuis l’école primaire jusqu’au collège, le langage informatique est désormais enseigné, sans être tenu pour une discipline à part entière. La #formation des enseignants reste la pierre d’achoppement de cette réforme.

La rentrée scolaire 2016 se singularise par l’introduction d’une première initiation à l’informatique dès les plus petites classes (CP et CM), suivie au collège d’un #apprentissage plus poussé – l’exécution d’un programme simple – inclus dans l’enseignement des mathématiques et de la #technologie. En 2017, le brevet en fin de 3e comportera un exercice de codage intégré à l’épreuve de mathématiques et de sciences. Au lycée, la spécialité « informatique » a été introduite progressivement quoique toujours réservée aux élèves de la filière scientifique : pour les terminales S, en 2012, sous l’appellation « informatique et sciences du #numérique » (ISN) ; et pour les classes de seconde en 2015, comme enseignement d’exploration baptisé « informatique et création numérique » (ICN).

De même que la société dans son ensemble, et comme toutes les professions, l’école devra, elle aussi, faire sa transformation numérique.

Avec pour ambition de démontrer que « le code, c’est pour tout le monde », la quatrième édition de LaCodeWeek, qui s’est déroulée en octobre 2016, marque sans doute le début d’une prise de conscience. Sous l’égide, en France, du secrétariat d’État au numérique et du ministère de l’#éducation nationale, parrainé notamment par Orange et l’Inria, cet événement européen consacré au code et à la programmation numérique pour en encourager l’apprentissage, est soutenu par la Commission européenne et a rassemblé plus d’une quarantaine de pays.