Le Digital Learning, choisi ou forcé, favorise l’adoption d’un LMS pour administrer et diffuser les formations. Qualiopi enfonce le clou en incitant fortement à utiliser un LMS pour répondre aux exigences de traçabilité. Cet intérêt croissant pour les plateformes et la concurrence qu’il engendre poussent les éditeurs à proposer des solutions qui en font toujours plus. L’embonpoint des LMS leur sera-t-il fatal ?

 

La course à l’armement

Un LMS ? non mais vous plaisantez ! certainement pas une de ces antiquités !

Car côté dénomination, c’est l’emballement. Les LMS (Learning Management System) ont été ringardisés par les LCMS (Learning & Content Management System) qui permettaient alors de créer par eux mêmes des contenus de formation, puis les LCMS ont été relégués au rayon des vieilleries par les LXP (Learning eXperience Plateform) mettant en avant les vertus de l’apprentissage social, puis n’ont pas tardés à être bousculés par les LEP (Learning Engagment Plateform) qui eux ont promis des taux de complétion et de réussite de dingue !

Mais cette escalade n’est pas finie, les plateformes récentes vantent leur capacité de curation de contenu, ou d’adaptive learning, de gestion du blended learning, de gestion native des classes-virtuelles, du micro-learning du mobile-learning, etc.

Si seulement c’était tout, mais non, les plateformes veulent aussi aller chasser sur les plates-bandes des TMS (Training Management System), des systèmes de gestion des talents, des plateformes d’évaluation, et des outils RH.

STOP, n’en jetez plus !

La fameuse UX tant vantée des éditeurs plonge parfois les utilisateurs dans le même abîme qu’un conducteur de voiture récente cherchant désespérément le levier de frein à main, ou le réglage du volume de la radio parmi la forêt de boutons ornant le volant.

Certains s’autoproclament le « netflix de la formation », attention à ne pas en devenir le SAP…
 

Qui trop embrasse mal étreint

A trop vouloir en faire, on ne fait plus rien de bien. Heureusement, nous n’en sommes pas là, mais pas si loin. Quand une plateforme permet d’informer, de communiquer, de former, de renforcer et de partager, que fait-elle vraiment de bien, et surtout, de réellement indispensable pour l’apprenant ?

Par exemple : si gamifier un parcours de formation n’est pas une faute en soi, lui donner trop d’importance oui. Or, la tentation est grande d’en abuser pour influencer l’audience des plateformes. Cela marche presque à coup sûr la première fois, mais rapidement, la surenchère aux courbes éternellement ascendantes se retrouve confrontée à la réalité : la consommation de formation ne peut pas monter jusqu’au ciel.

Ce débordement de fonctionnalités n’a de réel intérêt que si elles sont utilisées avec discernement. Un peu comme la 5G : qui peut dire concrètement ce que ça va changer ? dans quel but et pour gagner quoi ?

Nous sommes tous de grands enfants, et face à une multitude de jouets plus tentants les uns que les autres, finalement plus aucun ne nous amuse.
 

Vers une atomisation des outils ?

Et si l’avenir des LMS était leur éclatement en petits modules spécialisés ? N’est-ce pas déjà le cas avec la multitude d’applications qui peuplent nos téléphones ? Nous papillonnons de l’une à l’autre en fonction des besoins et des envies. Dans ce cas, pourquoi ne pas imaginer accéder non pas un un outil unique (et se perdre dans son dédale fonctionnel) mais à autant de points d’entrée répartis dans nos activités courantes : échange de mail, balade sur le web, recherche documentaire, visionnages de vidéo, écoute de podcast, discussion sociale, messagerie instantanée…

C’est la voie qu’ouvre xAPI avec son protocole, son vocabulaire et sa grammaire dédiés à l’échange et la traçabilité pédagogique entre contenus et applications. (si xAPI vous tente, parlez-en à Sébastien Fraysse)

Et puis rêvons un peu, un jour peut-être dirons-nous « OK LMS, dis-moi comment répondre à un client difficile ».

 

« Attention à la sélection naturelle dans le milieu des LMS ! » — Charles Darwin