Par contrainte, intérêt ou opportunisme, le Digital Learning remplace la formation en salle à vitesse grand V. Quand on y ajoute les réunions virtuelles et l’avalanche de webinaires, la saturation n’est pas loin (ou peut-être déjà là). Mode d’emploi d’une gestion raisonnable du Digital Learning.

 

Hiérarchiser

Nous étions déjà largement sollicités par nos bidules en tout genre, voilà que la (drôle) de situation actuelle nous cloue encore un peu plus devant nos écrans. Si nous y basculons toutes nos activités (réunion, formations, conférences, shopping…), la saturation va très vite arriver. Il faut donc réussir à hiérarchiser nos activités rigoureusement indispensables, et celles qui pourront attendre le retour à plus de diversité.

Les courses de Noël par exemple, (ni niez pas, comme tout le monde, vous les faites quelques jours avant, dans le froid et la cohue) inutile de se précipiter maintenant sur les alléchantes offres en ligne, un peu de patience, et vous pourrez à nouveau croiser et redonner le sourire à vos commerçants préférés.

Pour le Digital Learning, il est vrai qu’il est tentant de se dire « bon, puisqu’on ne peut pas aller faire un tour à la mer ce week-end, autant se former à la gestion de projet agile sur Coursera ». Si les deux sont intéressants (se former, et le cours), il n’est peut-être pas urgent d’ajouter encore quelques heures devant un écran à toutes celles déjà passées dans la semaine, un bon livre fera l’affaire.

Hié-rar-chi-sez !

 

Planifier

Pour ne pas ajouter à l’imprévisible période que nous traversons une sur-sollicitation venue de toutes parts, reprendre le contrôle de son temps n’est pas une mauvaise idée.

Pour le Digital Learning, placer des moments dans votre agenda pour suivre les cours, puis espacer le moment où vous ferez les exercices (2-3 jours c’est idéal) et le moment où vous ferez les évaluations (2-3 jours également). Ce qui donne sur une semaine :

  • lundi : je me forme ;
  • mercredi : je pratique ;
  • vendredi : je m’évalue.

Ce rythme d’apprentissage espacé est non seulement utile pour ne pas saturer, mais également profitable à la mémorisation car il améliore l’ancrage durable.

Pla-ni-fiez !

 

S’organiser

Le risque d’un changement de cadre de travail ou d’apprentissage, c’est la désorganisation. L’absence des repères familiers (les horaires, les lieux, les outils…) n’aide pas à s’organiser.

Pourtant, il existe quelques bonnes pratiques qui aident à ne pas papillonner inutilement et à garder le cap :

  • couper les notifications de son téléphone ;
  • fermer sa boite email et ses logiciels de chat ;
  • mettre son casque et écouter à très bas volume de la musique pour s’isoler de son environnement ;
  • trouver la chaise adaptée à la hauteur de son bureau, et la bonne disposition de son écran (avec un portable, quelques gros livres et un clavier séparé sont presque indispensables) car l’inconfort incite à passer trop souvent d’une activité à une autre ;
  • faire des pauses régulièrement avant qu’elles ne deviennent indispensables ;

Pour le Digital Learning, se fixer des objectifs réalistes et opérationnels évitera de « se laisser porter » sans trop savoir où aller, et pourquoi.

 

 

«J’ai un peut-être un peu exagéré…»— Pierre Dukan

 


Les abonnés BEST et MAGIC peuvent écouter cette Newsletter en Podcast