Bien que la formation à distance (FAD) se popularise depuis un certain nombre d’années dans les universités, un des principaux écueils de ce type de formation demeure l’abandon des étudiants en cours de semestre. Pour remédier à cela, deux des pistes de solutions explorées par la littérature scientifique sont la promotion des échanges entre les apprenants et le travail collaboratif. Cet article présente les résultats d’une synthèse de connaissances effectuée par une équipe de chercheurs de l’Université TÉLUQ ayant pour objectif d’identifier les principaux types de dispositifs mis en œuvre dans les établissements d’enseignement supérieur canadiens qui offrent de la FAD.

L’importance des interactions

Cathia Papi et Caroline Brassard, de l’Université TÉLUQ, ainsi que leur équipe de recherche, ont souligné que les théories de Piaget et de l’école de Genève sur cette question des dispositifs d’interaction et d’accompagnement en formation, ainsi que celles de Vygotsky et de la psychologie américaine, appuient cette analyse de l’influence favorable de ces dispositifs sur la persévérance des étudiants. Depuis les années 1990, les études sur la FAD et sur les effets des interactions entre les apprenants se sont en outre multipliées.

Peu de motivation chez les étudiants

La synthèse de connaissances effectuée par l’équipe de l’Université TÉLUQ souligne notamment qu’un des défis à la mise en place de dispositifs de collaboration entre pairs a pour origine des attitudes et comportements des étudiants, c’est-à-dire qu’il relève notamment de leurs goûts et de leurs habitudes d’apprentissage.

Tous les dispositifs ne produisent pas les mêmes effets

Une variété de dispositifs peut être mise en place en FAD, mais tous semblent imparfaits. En voici trois exemples :

  1. Segments (cours ou communications) synchrones
  2. Forums (dans un contexte d’évaluation)
  3. Forums anonymes

Conclusion

Aucun des dispositifs mis en place dans un contexte de FAD ne semble donc être sans faille, mais Papi, Brassard et leur équipe ont réussi à dégager un consensus des études réalisées sur la FAD : « les interactions avec les pairs ainsi qu’avec les enseignants ou tuteurs procurent un soutien sur différents plans de soutien à l’apprentissage » (Papi et al., 2017, p. 11). Et les étudiants, lorsqu’ils jouent le jeu du travail collaboratif, développent un sentiment d’appartenance à une communauté au fil des interactions.

—————

Repéré depuis http://rire.ctreq.qc.ca/2020/04/interaction-cours-en-ligne/