Les algorithmes d’intelligence artificielle dont nous entendons si souvent parler sont basés sur des apprentissages et des connaissances.  Ces notions sont à l’intersection de plusieurs domaines : sciences cognitives, sciences de l’éducation et désormais sciences du numérique.  A partir d’articles qu’Ikram Chraibi Kaadoud  a publié sur son blog Intelligence mécanique, nous vous proposons deux textes pour y voir plus clair ; voilà le premier. Pascal Guitton

Apprendre sans le savoir, est-ce possible ?

Mémoire et apprentissage implicite

Les connaissances implicites sont liées à la mémoire implicite. Cette dernière se distingue de la mémoire explicite d’une part au niveau de l’apprentissage utilisé pour acquérir les connaissances et d’autre part au niveau de l’utilisation de ces connaissances.

La majorité des preuves de l’existence d’un système de mémoire implicite sont basés sur des travaux dans lesquelles une modification des performances des participants a été observée pour une tache donnée durant les expériences menées, et cela sans que les participants ne soient conscients d’avoir appris quoi que ce soit. On parle alors d’apprentissage implicite.

Un exemple typique de ce type d’apprentissage est le langage. C’est par la pratique (répétition et imitation) que le langage s’apprend chez l’enfant (langue maternelle), et non par l’apprentissage explicite des règles grammaticales. Or l’enfant n’est pas conscient du fait de son jeune âge, entre autres, de l’apprentissage qu’il est en train de réaliser.

Ce phénomène d’apprentissage implicite a été étudié pour différentes tâches appliquées à différents types d’informations (grammaire ou musique) et différentes populations (adulte et enfants).

Apprentissage implicite :  Comment fonctionne-t-il ?

Grace à la structure statistique de l’environnement ! Autrement dit, la présence répétée d’une même suite de symbole en fait une règle implicite. Plus cette suite sera présente, plus la règle est prise en compte. Par exemple, considérons les débuts de séquences suivantes :

BTS.., BTSX…, BTX, …

BPTTTT…, BPTV…., BPV…

Le symbole B étant souvent suivi de P ou T dans l’ensemble des séquences, laisse émerger l’intuition d’une règle stipulant que « B est toujours suivi de P ou de T ». La fréquence d’apparition d’un phénomène en fait une règle !

L’apprentissage implicite extrait donc la structure statistique de l’environnement (ici les séquences). C’est ce qui permet aux mécanismes d’apprentissage implicite de produire donc des performances améliorées à la suite de répétitions.

—————

Repéré depuis https://www.lemonde.fr/blog/binaire/2020/06/08/apprendre-sans-le-savoir/